Selon le p.-d.g. de la Scotia - Ottawa n'autorisera qu'une seule fusion bancaire

Toronto - S'il décide de permettre la consolidation du secteur financier canadien, le gouvernement fédéral n'autorisera probablement qu'une seule fusion bancaire, a estimé hier le président et chef de la direction de la CIBC, John Hunkin.

«En fin de compte, ce sera une décision politique», a-t-il fait remarquer à l'occasion d'une conférence d'analystes à Toronto.

Jusqu'à maintenant, Ottawa n'a jamais dit vouloir limiter le nombre de transactions dans le secteur financier. Les autorités ont cependant laissé entendre qu'elles donneraient 60 jours aux institutions pour lui soumettre des projets de fusion. Cette période permettrait aux banques d'étudier plusieurs combinaisons sans craindre d'être coiffées au fil d'arrivée par un concurrent plus rapide. Le délai pourrait par ailleurs faire monter les enchères pour les cibles potentielles.

D'après la CIBC, les fusions entre banques ou entre banques et compagnies d'assurances donneraient naissance à «des champions nationaux» capables de se tailler une place de choix dans le marché national et international.

Faire connaître

sa position

Hier, M. Hunkin a pressé Ottawa de faire connaître sa vision de l'avenir du secteur financier canadien. «Il faut prendre une décision sur ce qu'on souhaite», a-t-il insisté.

En 1998, alors qu'il était ministre fédéral des Finances, Paul Martin avait empêché une fusion entre la Banque Royale et la Banque de Montréal, en plus de rejeter un projet de regroupement de la CIBC et de la Banque TD.

Plus récemment, un comité des Communes a recommandé à Ottawa de légiférer pour limiter les licenciements et obliger les institutions financières à augmenter le nombre de prêts consentis aux petites et moyennes entreprises, dans l'éventualité d'une fusion.

Le ministre des Finances, Ralph Goodale, étudie actuellement les suggestions que lui ont faites les banques. Il a assuré qu'il avait l'intention de respecter l'engagement de son prédécesseur John Manley, qui avait promis de présenter sa politique sur les fusions dans le secteur financier au plus tard en juin.