Grief contre les dirigeants d'Air Canada

Ottawa - Le syndicat représentant les agents de bord d'Air Canada a déposé un grief pour protester contre les millions de dollars qui doivent être versés en primes aux principaux dirigeants du transporteur dans le cadre de son plan de restructuration.

Selon le syndicat, affilié au Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP), la direction d'Air Canada contrevient à une entente qui avait été conclue en mai en vertu de laquelle les hauts dirigeants ne pouvaient recevoir de prime sans que les syndiqués ne reçoivent un paiement ou un avantage équivalent. Or, dans le cadre de l'entente conclue avec l'homme d'affaires asiatique Victor Li, le président et chef de la direction d'Air Canada, Robert Milton, ainsi que le chef de la restructuration, Calin Rovinescu, toucheront des primes équivalant à 1 % des nouvelles actions du transporteur.

Plan approuvé

Ce plan, qui a été approuvé la semaine dernière par un juge de la Cour supérieure de l'Ontario, prévoit que M. Li investira 650 millions dans Air Canada en retour d'un bloc d'actions représentant une participation de 31 %. MM. Milton et Rovinescu toucheraient ainsi chacun 21 millions sous forme d'actions, une prime qui pourrait augmenter si la restructuration s'avère un succès.

En tenant compte des primes que toucheront d'autres dirigeants du transporteur, le SCFP estime que le total pourrait atteindre 160 millions.

Dans un communiqué transmis hier, le syndicat affirme qu'il ne permettra pas «aux cadres cupides de la direction d'Air Canada d'empocher des bénéfices de 160 millions pendant que les travailleuses et travailleurs subissent seuls les conséquences de la faillite de la société».

Selon le SCFP, le protocole d'entente conclu en mai et entré en vigueur le 1er juin, au moment de la signature de la dernière convention collective, avait été négocié dans le cadre des demandes de concessions imposées aux employés sous le régime de la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies. Le syndicat avait alors exigé que les sacrifices soient partagés équitablement entre les syndiqués et les membres de la direction.

Les employés syndiqués d'Air Canada ont consenti à des concessions totalisant 1,1 milliard sur une période de six ans.

«Nous avons accepté des concessions à la condition que tout le monde soit traité équitablement, a dit la présidente du syndicat local, Mme Pamela Sachs. Mais la société a continué de chercher une façon détournée de récompenser les personnes qui s'en sont prises aux indemnités, aux avantages sociaux et aux conditions de travail du personnel de cabine.»