Canadian Oil Sands se protège contre Suncor

Canadian Oil Sands, qui cherche à gagner du temps face à l’offre d’achat non sollicitée de Suncor Énergie dont elle fait l’objet, a annoncé mercredi qu’elle aurait recours à une pilule empoisonnée pour se défendre.

Le nouveau régime de droits des actionnaires pourrait entrer en vigueur si quelqu’un tente de s’emparer de 20 % ou plus des actions en circulation de COS. À cet instant, les autres actionnaires de l’entreprise pourraient obtenir des actions à un prix réduit, ce qui rendrait l’acquisition moins attrayante pour l’acheteur hostile.

Les offres autorisées en vertu du nouveau régime de droits des actionnaires — qui vient s’ajouter à un autre qui est déjà en place — doivent être ouvertes pendant 120 jours. Puisque la proposition de 4,3 milliards toute en actions de Suncor est en vigueur jusqu’au 4 décembre, COS juge qu’elle n’est pas recevable.

Suncor a annoncé lundi qu’elle transmettait son offre d’achat directement aux actionnaires de COS, après deux tentatives infructueuses de négociation avec sa direction. Elle avait approché COS en mars et en avril dans l’espoir d’en arriver à une entente amicale.

L’offre de Suncor prévoit la prise en charge de la dette de 2,3 milliards de COS, ce qui porte la valeur de la transaction proposée à 6,6 milliards.

La proposition actuellement en vigueur est inférieure aux deux autres offres avancées plus tôt cette année — elle est de 8,84 $ par action en vertu de la fermeture de vendredi, comparativement à 11,84 $ au 31 mars. Les perspectives pour le cours du pétrole se sont détériorées depuis les premiers mois de l’année. Même si le prix du baril de West Texas Intermediate s’est rapproché de la barre des 50 $US le baril ces derniers jours, Suncor prévoit toujours un scénario de bas prix à plus long terme.

COS est le plus grand partenaire dans le projet de sables bitumineux Syncrude, dans le nord-est de l’Alberta, avec une participation de 37 %. Suncor possède déjà une participation de 12 % dans ce développement. Si Suncor — déjà le plus grand producteur de sables pétrolifères — réussit à prendre le contrôle de COS, il détiendra un peu plus de la moitié de Syncrude.

Certains observateurs croient que la Pétrolière Impériale, contrôlée par l’américaine ExxonMobil, pourrait être intéressée à renchérir sur l’offre de Suncor. L’Impériale détient déjà 25 % de Syncrude et est le gestionnaire de ses activités quotidiennes.

À voir en vidéo