cache information close 

Journée noire pour Adecco

Zurich - Le groupe suisse Adecco, dans la tourmente en raison de problèmes comptables aux États-Unis, a connu une nouvelle journée noire hier, l'action dévissant de plus de 10 % à la Bourse suisse, après un changement à la direction.

En mi-séance, l'action Adecco était en recul de 13,2 % à 51,50 francs à la Bourse suisse, juste après une conférence de presse téléphonique de la nouvelle direction, censée rassurer les investisseurs.

«Les investisseurs perdent confiance dans Adecco mais ne s'attendent cependant pas à un scandale à la Parmalat ou à la Enron», a commenté un opérateur boursier. Selon lui, le titre est actuellement hautement spéculatif, mais sans ventes de panique, comme c'était le cas en début de semaine.

Au cours de sa conférence de presse téléphonique, le nouveau p.-d.g., John Bowmer, a refusé de répondre aux questions sur ces problèmes comptables, en raison des «enquêtes en cours» aux États-Unis. M. Bowmer était assisté d'un avocat.

Démissions

La journée d'hier avait commencé pour Adecco avec la publication d'un communiqué de son conseil d'administration annonçant la démission de deux hauts responsables et le retour aux affaires de John Bowmer. Le communiqué donnait quelques indications sur les «problèmes comptables» aux États-Unis annoncés le 12 janvier, qui ont obligé le groupe à reporter sine die la publication de ses comptes 2003. Il s'agit notamment d'«erreurs de facturation», ainsi que de problèmes de «sécurité informatique».

Les États-Unis génèrent à eux seuls un quart du chiffre d'affaires d'Adecco, lequel a atteint quelque 25 milliards de francs suisses (environ 26,25 milliards de dollars) en 2002.

En début de semaine, avec la publication du premier communiqué d'Adecco annonçant des problèmes aux États-Unis, le titre avait dévissé de 35 % en une séance. Une correction avait eu lieu le lendemain, après une interview plutôt rassurante du directeur financier. En définitive, l'action Adecco est passée de 81,80 francs le 9 janvier à 52 francs le 16 janvier.

Le retour en fonction de John Bowmer, qui a été directeur général exécutif d'Adecco avant d'en présider le conseil d'administration à partir de mai 2002, devait être un signal pour les investisseurs que le groupe était décidé à se sortir de l'ornière.

Adecco a reconnu hier que deux enquêtes étaient en cours sur ses affaires américaines, l'une de la Commission des opérations de Bourse (SEC), l'autre de la justice new-yorkaise.