TravelBrands recrute chez Vacances Air Canada

Photo: Andrew Yates Agence France-Presse

Le spécialiste du voyage TravelBrands, autrefois appelé Thomas Cook Canada mais toujours présent dans 88 magasins Sears, a récemment recruté une ancienne dirigeante de Vacances Air Canada afin de piloter sa relance.

Par ailleurs, le scénario d’une vente, étudié en guise de plan B, semble avoir été écarté, tout comme une liquidation pure et simple.

Ces informations se trouvent dans le plus récent rapport de la firme KPMG, que la Cour a nommée à la fin du mois de mai pour encadrer la restructuration de l’entreprise.

Propriété du groupe torontois Red Label depuis 2013, TravelBrands repose sur un effectif de près de 1000 employés, dont le cinquième travaille au Québec. L’entreprise possède notamment les marques de voyage Sunquest, BelAir Travel, Wholesale Travel Group, Last Minute Club, Tours Maison et Exotik Tours.

« Le contrôleur est avisé des attentes selon lesquelles Mme [Zeina] Gedeon doit amener le leadership en matière de voyage acquis chez Vacances Air Canada, et qu’elle doit façonner les efforts déployés dans la technologie et le développement de produits », a écrit KPMG lundi. Auparavant, ce rôle était occupé de façon conjointe par les frères Francesco, Joe et Enzo DeMarinis, a rappelé la firme.

Mme Gedeon a quitté Vacances Air Canada en 2014, la compagnie soulignant alors son « leadership et sa puissante contribution » tout au long de sa carrière.

Prolonger la protection

KPMG et TravelBrands se trouvaient devant un juge de la Cour supérieure de l’Ontario lundi pour demander de prolonger jusqu’au 11 décembre la protection contre les créanciers qui devait prendre fin le 30 septembre. Les créanciers doivent se réunir le 30 octobre prochain afin de se prononcer sur une proposition. Selon le rapport de KPMG, les créanciers touchés recevront 100 % des réclamations qu’ils ont soumises.

Au moment de demander la protection de la Cour contre ses créanciers, la compagnie avait affirmé qu’elle évoluait depuis quelques années dans un secteur devenu extrêmement concurrentiel, marqué notamment par la croissance spectaculaire du phénomène des réservations faites directement en ligne.

Le pourcentage de voyageurs qui ne réservent qu’en ligne s’est stabilisé à 39 % l’an dernier, selon une analyse publiée il y a deux semaines par la firme Phocuswright. En 2012, 32 % des adultes avaient réservé de cette manière.

L’entente conclue récemment avec Sears repose sur le partage de revenus générés par les agences, indique le rapport de KPMG. Le précédent contrat obligeait TravelBrands (ou Thomas Cook) à verser, chaque année, un montant de commissions minimal. En ce qui concerne l’autre gros problème de TravelBrands, le bail du 75 Eglinton, à Toronto, le rapport du contrôleur laisse entendre que l’entreprise et le propriétaire du bâtiment se sont mis d’accord, mais que le document est en voie de rédaction.

Lors des démarches judiciaires de TravelBrands au début de l’été, l’Office de protection du consommateur avait affirmé au Devoir qu’il suivait « de près » l’évolution du dossier. Les dirigeants de l’entreprise avaient pris la peine de rencontrer l’OPC le mois précédent. L’OPC n’avait cependant noté aucune irrégularité.