Wall Street évite la prise de risques et termine en baisse

Un courtier à la Bourse de New York
Photo: Spencer Platt Agence France-Presse Un courtier à la Bourse de New York

New York — Wall Street a fini en légère baisse mercredi, peu disposée à prendre des risques en raison du manque d’actualité et d’éclaircissements sur les intentions de la Réserve fédérale : le Dow Jones a cédé 0,3 %, et le Nasdaq 0,1 %.

Selon des résultats définitifs, l’indice vedette Dow Jones a reculé de 50,58 points à 16 279,89 points, et le Nasdaq, à dominante technologique, de 3,98 points à 4752,74 points, alors qu’il était encore en hausse quelques minutes avant la cloche de fin de séance. Très suivi par les investisseurs, l’indice élargi S&P 500, un temps hésitant, a reculé de 0,2 %, soit 3,98 points également, à 1938,76 points.

« À la base ce qui nous préoccupe c’est la macroéconomie et savoir quand la Réserve fédérale va relever les taux d’intérêt », a expliqué Art Hogan, chez Wunderlich Securities, « et faute d’indications sur ce front on a tendance à se focaliser sur autre chose […], aujourd’hui on se cale sur les matières premières » et le marché de l’énergie, a-t-il précisé, les cours du pétrole ayant fini en baisse.

« On peut dire que le S&P 500 est sans direction », a-t-il conclu, notant que le fait que le secteur des services de base ait enregistré la meilleure performance de la journée « montre que c’est une journée où on évite la prise de risque », à la veille notamment d’un discours de la présidente de la Réserve fédérale, Janet Yellen.

Commentant une série d’indicateurs parus mercredi, Brent Schutte, chez BMO Private Bank, a noté pour sa part que « des chiffres européens plutôt bons, et des chiffres américains corrects, sont contrebalancés par le chiffre chinois » sur l’activité manufacturière, a-t-il précisé. Autant il y a un mois les inquiétudes sur la Chine avaient déclenché un mouvement de panique dans les marchés financiers mondiaux, autant mercredi les Bourses ont réagi avec flegme. « Le marché pousse un soupir de soulagement », selon M. Schutte, car « ce mois-ci il ne semble pas que [le ralentissement en] Chine se soit répandu pour le moment dans les autres économies ».

Chez Mirabaud Securities, John Plassard interprétait autrement la placidité des investisseurs : selon lui, « certains voient dans les mauvaises nouvelles en provenance de l’Empire du milieu l’assurance d’avoir des taux bas aux États-Unis pour un certain temps ».

Le marché obligataire a légèrement reculé. Le rendement des bons du Trésor à dix ans progressait à 2,151 % contre 2,13 7 % mardi soir, et celui des bons à 30 ans à 2,946 %, contre 2,943 % auparavant.

À la Bourse de Toronto

À Toronto, la Bourse a clôturé en forte baisse mercredi, alors que de nouveaux indices permettant de croire à un nouvel affaiblissement de l’économie chinoise eurent entraîné un fort recul des prix du pétrole brut. L’indice composé S&P/TSX du parquet torontois a terminé la séance sur un recul de 107,40 points à 13 383,69 points, après avoir culbuté la veille de 288,35 points, soit plus de 2 %.

À voir en vidéo