Les femmes ont plus de succès que les hommes

Photo: Getty Images

Les fonds spéculatifs détenus ou dirigés par des femmes connaissent depuis 2007 un rendement nettement supérieur à celui de l’ensemble des hedge funds, selon un nouvel indice publié par le groupe KPMG dans sa quatrième analyse annuelle du contingent féminin de ce secteur.

L’indice HFRI Women, développé par Hedge Fund Research, Inc., chiffre à 59,4 % le rendement total des fonds depuis huit ans, comparativement à 36,7 % pour l’ensemble des fonds suivis par le HFRI Fund Weighted Composite Index.

Non réglementés, les hedge funds peuvent miser à la fois sur le long terme et le court terme, sur les marchés d’actions, les obligations, les produits dérivés, les investissements dans des entreprises en difficulté, etc. Capables de générer des milliards sur un pari audacieux, ils peuvent aussi imploser lorsque la stratégie rate la cible, s’attirant alors la foudre des investisseurs.

Le rapport de KPMG ne soumet aucune explication pour la surperformance des fonds dirigés par des femmes dans ce milieu qui a la réputation d’être l’un des plus durs de l’industrie financière en raison de la complexité des stratégies et de l’obsession du rendement contre vents et marées.

L’analyse est passée inaperçue la semaine dernière, mais a bénéficié d’un second souffle mardi lorsqu’Anne Stausboll, chef de la direction du régime de retraite californien Calpers (290 milliards), y a fait référence sur son compte officiel Twitter.

« Le préjugé veut que les femmes en finance soient moins bonnes que les hommes, dit Sarah Kaplan, professeure de gestion stratégique à l’école Rotman de l’Université de Toronto. En fait, l’envers de la médaille de cela, c’est qu’en raison de la difficulté pour les femmes d’évoluer dans ce secteur, celles qui réussissent à s’y tailler une place sont probablement, en moyenne, meilleures que les hommes. […] C’est plus facile pour l’homme moyen de s’établir dans l’industrie que pour la femme moyenne. »

Il se peut aussi, selon Mme Kaplan, que les sociétés qui signent les meilleures performances ont décidé, au fil du temps, de faire plus de place aux femmes. « Ces firmes font beaucoup de choses très bien, et parmi ces choses, il y a la diversité. On voit ça aussi au-delà du monde des hedge funds. Selon cet argument, ça ne serait pas tant lié au talent des femmes en question, mais à ce que la firme est de si grande qualité qu’elle reconnaît que le talent peut venir de partout. »

Il est difficile de cerner le lien de cause à effet, a dit Mme Kaplan. Une chose est claire, selon elle. « La recherche enseigne que la diversité d’une équipe mène à de meilleures décisions. »

Visibilité

Le rapport de KPMG mentionne que les répondantes, bon an mal an, ont l’impression qu’il est plus difficile pour les fonds détenus ou dirigés par une femme de récolter du capital que pour les autres fonds. « Une hypothèse que l’on pourrait avancer a trait à la visibilité des fonds et à l’accès au marché, peut-on lire. À la lumière de cela, nous estimions important d’appuyer le nouvel indice afin de souligner la bonne performance et relever leur visibilité. »

Pour effectuer son étude du secteur, KPMG a mené un sondage auprès de 328 femmes : gestionnaires de fonds, spécialistes en investissement, etc. Le sondage en ligne a été suivi d’une série d’entrevues. Un peu plus du tiers des répondantes travaillaient pour des firmes dont l’actif sous gestion dépasse cinq milliards de dollars américains.

Le type de poste le plus fréquemment occupé par des femmes se trouve dans le domaine de la conformité, du marketing et de divers postes de nature financière. Elles représentaient par ailleurs 14 % des chefs de la direction des sociétés analysées et 21 % des chefs d’investissement ou gestionnaires de fonds.

1 commentaire
  • Bruno Maranda - Abonné 23 septembre 2015 09 h 00

    Encore plus SVP

    Cette observation d'un rendement syupérieur des femmes dans un secteur particulièrement masculin devrait encourager les autorités des marchés financiers à leur faire une place plus grande dans les sphères décisionnelles.