L’aluminerie Alouette et Québec s’entendent

Le premier ministre Philippe Couillard a annoncé jeudi une entente pour réduire les tarifs d’électricité d’une aluminerie de la Côte-Nord.

M. Couillard a affirmé que cette entente avec Alouette, établie à Sept-Îles, permettra à l’entreprise de réaliser des projets d’investissement.

Selon le premier ministre, une somme de 400 millions doit être investie par l’entreprise dès maintenant, sur une période de cinq ans, afin de moderniser ses installations.

Pour justifier cet avantage, qui avait déjà été consenti à un concurrent du secteur de l’aluminium en 2014, M. Couillard a souligné qu’avec ses 1000 employés, Alouette compte 25 % des emplois du secteur manufacturier de la Côte-Nord.

« Quand les gens travaillent, ont des belles jobs bien payées, que les familles vivent bien, on est tous heureux, a-t-il dit. Ensuite c’est certain que le rayonnement économique de l’entreprise, c’est majeur sur la Côte-Nord. »

M. Couillard a expliqué qu’en contrepartie de la réduction tarifaire, qu’il n’a pas communiquée, tous ces emplois fournissent des rentrées fiscales à l’État québécois.

« On va être assez réservés là-dessus, pour des raisons que vous comprendrez bien, a-t-il dit à Sept-Îles lors d’une conférence de presse. Ce sont des entreprises qui d’une façon ou d’une autre sont en concurrence les unes avec les autres. Cependant, ce que je veux dire, c’est que le tarif qui a été l’objet de l’accord que nous annonçons aujourd’hui permet à l’entreprise de rester compétitive à l’international et au Québec. »

M. Couillard a assuré que ce qui a été conclu avec Alouette est « équitable » comparativement à ce qui a été offert aux autres alumineries du Québec.

« Ce n’est pas rigoureusement identique, parce qu’il n’y a pas une usine qui se compare à une autre et il n’y a pas une région qui se compare à une autre, mais on est dans une intervalle qui est très équitable pour toutes les alumineries », a-t-il dit.

Le gouvernement du Québec accordera à l’aluminerie un tarif d’électricité préférentiel pour ses blocs d’électricité, dans le cadre de l’entente qui s’étendra jusqu’au 31 décembre 2019.

Les nouveaux tarifs entreront en vigueur dès le 1er janvier 2017. Un nouveau bloc d’électricité de 70 mégawatts sera également accordé à l’entreprise.

Au printemps, la direction de l’entreprise avait exigé que le gouvernement corrige le « déséquilibre » provoqué dans l’industrie par les ententes qu’il a conclues avec ses concurrents, dont Alcoa.

Jeudi, le président et chef de la direction d’Alouette, Claude Boulanger, a affirmé que cette nouvelle tarification assurera la pérennité de ses activités actuelles en plus de permettre une ouverture vers de nouveaux investissements.

À voir en vidéo