L'excédent commercial du Canada diminue - Le huard abandonne 1,01 ¢US

En raison de la faiblesse persistante des exportations et d'une légère augmentation des importations, l'excédent commercial du Canada a diminué pour un deuxième mois d'affilée, en novembre. Cette statistique a eu de violentes répercussions sur le dollar canadien, qui a perdu plus de 1 ¢ hier face à sa contrepartie américaine.

D'après Statistique Canada, les entreprises ont exporté des marchandises pour une valeur de 32,1 milliards, en baisse de 1,1 % par rapport à octobre. Elles ont importé des biens d'une valeur de 27,8 milliards, en hausse de 1,7 %. À la suite de ces échanges, l'excédent commercial du Canada a diminué et est passé de plus de 5,1 milliards en octobre à un peu plus de 4,3 milliards en novembre.

La valeur des exportations du Canada à destination des États-Unis a atteint 26,4 milliards en novembre, reculant ainsi légèrement, de 0,1 %, par rapport à octobre. Il s'agit du troisième recul mensuel enregistré au cours des quatre derniers mois. Les importations en provenance des États-Unis ont augmenté de 1,6 % en novembre. Cette hausse a fait diminuer de 334 millions l'excédent commercial du Canada vis-à-vis des États-Unis, qui a atteint un peu plus de 6,9 milliards.

La glissade des exportations qui a prédominé au cours de 2003 a été accompagnée d'une baisse des prix face à l'appréciation de la devise canadienne et à l'instabilité de la demande aux États-Unis. La force du dollar canadien semble exercer une certaine pression à la baisse sur les prix des exportations, qui ont diminué de 8,4 % au cours des 12 derniers mois, les entreprises exportatrices devant s'adapter à l'appréciation du dollar.

En réaction hier, le dollar canadien a abandonné 1,01 ¢US face au billet vert pour clôturer à 77,62 ¢US. Au creux de la journée le dollar a touché les 77,41 ¢US.

Baisse aux États-Unis

Le déficit commercial américain a, pour sa part, été ramené à 38 milliards de dollars américains en novembre, grâce aux ventes d'avions civils qui ont permis aux exportations d'atteindre leur meilleur niveau depuis trois ans, a annoncé hier le département du Commerce. Les exportations, favorisées par la baisse du dollar, ont augmenté de 2,9 %, à 90,6 milliards, alors que les importations ont légèrement fléchi par rapport à leur record d'octobre, à 128,6 milliards.

«L'amélioration est générale», remarque Patrick Fearon, économiste chez A.G. Edwards & Sons à Saint Louis. «Le déficit avec toutes les principales zones a diminué, y compris la Chine. Cela reflète peut-être en partie la baisse du dollar face à l'euro.»

En dépit de la baisse surprise de novembre qui le ramène à son niveau le plus bas depuis octobre 2002, le déficit américain a d'ores et déjà atteint un nouveau record sur une année. Le déficit cumulé des 11 premiers mois de 2003 s'élève en effet à 446,81 milliards de dollars, dépassant le record de 418 milliards établi en 2002.

Le déficit, politiquement sensible, des échanges avec la Chine se monte à 114,08 milliards sur les 11 premiers mois de l'année, dépassant là aussi le record de 103 milliards de 2002. À l'inverse, la Chine est cependant devenue le premier débouché pour les exportations américaines, en absorbant pour 3,3 milliards $US — un record — en novembre.

Confiance en hausse

Revenant au Canada, malgré la glissade du dollar, la confiance des exportateurs a légèrement monté au cours des six derniers mois, mais bon nombre d'entreprises restent prudentes au sujet de l'expansion des ventes cette année. C'est ce que révèle le plus récent sondage d'Exportation et développement Canada.

Les exportateurs canadiens se montrent plus optimistes qu'il y a six mois, à cause des nouvelles économiques positives, mais le sondage révèle également qu'ils sont bien conscients des conséquences possibles de l'appréciation du dollar.

L'indice de confiance commerciale s'établit à 74,8 sur 100, en hausse de 1,5 point par rapport au printemps 2003.

Mais en raison de la forte hausse du dollar canadien, au cours des derniers mois, les attentes relatives aux ventes à l'exportation n'ont à peu près pas bougé. En effet, 90 % des exportateurs considèrent que le cours du dollar canadien a un impact déterminant sur leur réussite dans les marchés étrangers.

Par ailleurs, 34 % des entreprises interrogées prévoient augmenter leurs effectifs au cours des six prochains mois, comparativement à 30 % le printemps dernier. La majorité, soit 59 %, prévoit les maintenir à leurs niveaux actuels et seulement 6 % ont l'intention de réduire leur personnel.