Les désastres naturels ont coûté 37 milliards en six mois

Des dégâts causés par le tremblement de terre dans la ville de Paslang au Népal
Photo: Agence France-Presse Des dégâts causés par le tremblement de terre dans la ville de Paslang au Népal

Zurich — Les désastres et catastrophes naturelles ont engendré des pertes économiques estimées à 37,4 milliards de dollars sur la première moitié de l’année, selon une étude du réassureur helvétique Swiss Re publiée mardi. Ces pertes sont en baisse de 37 % par rapport au premier semestre 2014.

Sur cette somme, 45 % des pertes ont été prises en charge par les compagnies d’assurances, portant la facture pour le secteur à 16,5 milliards, a indiqué le numéro deux mondial de la réassurance suisse dans un communiqué. Ce chiffre est en baisse de 30 % par rapport au premier semestre 2014, mais en hausse de 27 % par rapport à la moyenne sur dix ans, a précisé Swiss Re.

Sur la période, les pertes liées aux catastrophes naturelles ont atteint 33 milliards (dont 16,5 milliards couverts par les assurances), contre 54 milliards au premier semestre l’an passé et une moyenne pour un premier semestre de 99 milliards sur dix ans.

Les événements les plus coûteux pour les assureurs sont liés aux conditions climatiques durant l’hiver et aux orages aux États-Unis et en Europe La tempête hivernale qui s’est abattue en février sur le Nord-Est des États-Unis a engendré à elle seule des coûts de 1,8 milliard pour les assureurs. Les pertes liées aux désastres engendrés par l’homme, qui englobent entre autre les accidents industriels ont quant à elles atteint 4,4 milliards (-9 %), dont 3,6 milliards pris en charge par les assureurs.

Le Népal

Au premier semestre, les désastres et catastrophes naturelles ont coûté la vie à quelque 18 000 personnes, les tremblements de terre au Népal faisant à eux seuls quelque 9000 victimes. Les pertes économiques liées à ces tremblements de terre sont évaluées à 5 milliards, dont seuls 160 millions étaient couverts par les assureurs.

La vague de chaleur en mai et juin en Inde et au Pakistan, où les températures sont montées jusqu’à 48 degrés, a quant à elle coûté la vie à 2500 personnes en Inde et 1500 au Pakistan, selon les estimations.

Le nombre élevé de victimes sur la première moitié de l’année s’explique également par le nombre de migrants qui ont péri en mer, sur les bateaux qui ont chaviré en Méditerranée, alors qu’ils tentaient de rejoindre l’Europe, a précisé Swiss Re.