Une acquisition coûteuse pour Warren Buffett

Warren Buffett
Photo: Mary Altaffer Associated Press Warren Buffett

Apôtre des achats sûrs, prudents et bon marché, Warren Buffett l’avoue lui-même : à 37,2 milliards, l’acquisition du groupe Precision Castparts coûte cher. Or même si les deux tiers seront financés à même les coffres de sa société d’investissement, il lui restera encore 40 milliards en argent comptant.

Le multimilliardaire américain, qui possède le chemin de fer Burlington Northern Santa Fe, l’assureur GEICO et des positions importantes dans Coca-Cola, American Express et Heinz, devient un poids lourd dans le domaine des composants métalliques pour le secteur aérospatial, industriel et énergétique. Il en était déjà actionnaire à 3 %.

« Pour plusieurs bonnes raisons, c’est un fournisseur de choix pour l’industrie aérospatiale du monde et un des plus grands exportateurs américains », a fait valoir M. Buffett, qui a avoué, lors d’une entrevue avec CNBC, que « la transaction se trouve au sommet [du palmarès des achats coûteux] pour nous ».

Ce commentaire fait référence au prix payé, soit 235 $ pour chaque action de Precision Castparts. Cela représente une prime de plus de 20 % rapport au cours de l’action vendredi dernier à la Bourse de New York. Le prix total de 37,2 milliards comprend la prise en charge de la dette de la compagnie, que Berkshire achète en empruntant 10 milliards et en fournissant 23 milliards de son argent comptant.

Les commentaires d’analystes et d’actionnaires allaient souvent dans le même sens que ceux de M. Buffett. « Je ne suis pas fou de l’idée de payer 30 milliards pour une entreprise qui ne génère que 1,5 milliard en alimentant des fabricants d’avions », a affirmé à l’agence Reuters Jeff Matthews, auteur de deux livres portant sur Warren Buffett. « Je garderais les 30 milliards et j’attendrais la prochaine crise. »

Precision Castparts génère des revenus d’environ 10 milliards par année, et compte des activités au Canada, dont PCC Aérostructures Dorval. Son action a terminé la séance de lundi à 230,92 $, en hausse de 19 %. Berkshire Hathaway, en comparaison, a enregistré l’an dernier un revenu total de 195 milliards, duquel est sorti un bénéfice net de 20 milliards. Le cours de son action a terminé à 143,41 $, en baisse de 14 ¢.

La conclusion de la transaction, attendue au début 2016, semble être une formalité dans la mesure où le conseil d’administration de Precision Castparts a déjà convenu de recommander aux actionnaires de se prononcer en sa faveur.

M. Buffett a été motivé par la baisse de 25 % du cours de l’action de Precision Castparts depuis l’été 2014, lorsque le secteur pétrolier et gazier a entamé sa longue descente. Cette descente a affecté une partie des activités de l’entreprise en raison de ses clients dans le milieu énergétique.

« Nous allons être en affaires pendant encore 100 ans », a dit M. Buffett, âgé de 84 ans. « Peut-être que le creux du pétrole et du gaz nous a aidés un peu », a-t-il ajouté en signalant qu’à long terme, cela n’a aucune importance. « C’est un multiple très élevé pour nous », a-t-il affirmé quand même, faisant référence à un ratio qui compare le prix offert pour chaque action et le bénéfice par action.

De son côté, la direction de Precision Castparts a affirmé que la philosophie de leur entreprise et de celle du milliardaire est la même. « Nous croyons qu’en faisant partie de Berkshire Hathaway, nous serons très bien placés pour répondre aux besoins de nos clients. La transaction offre aux actionnaires une valeur convaincante et immédiate, et permet aux employés de Precision Castparts de continuer à fonctionner de la même manière que celle ayant généré bon service et performance à nos clients. »

Les trois personnes qui souhaitaient être élues au conseil d’administration lors de la prochaine assemblée annuelle de Precision Castparts ont convenu de retirer leurs candidatures, ont indiqué les deux entreprises.