La mine Éléonore voit le jour

Goldcorp a célébré en grande pompe vendredi l’ouverture officielle de sa mine Éléonore, neuf ans et 2 milliards $US d’investissement privé plus tard. Le gouvernement québécois y voit une convaincante carte de visite pour son Plan Nord.

Cette mine de Goldcorp dans le Nord-du-Québec est située sur le territoire Eeyou Istchee Baie-James. La documentation officielle rappelle que le gisement a été acquis en 2006. Il a véritablement pris son envol cinq ans plus tard, après la conclusion de l’Entente de collaboration Opinagow avec la Nation crie de Wemindji, le Grand Conseil des Cris (Eeyou Istchee) et l’Administration régionale crie. La mine est localisée au coeur du territoire Eeyou Istchee Baie-James, à 375 km de la communauté crie de Wemindji. Pour s’y rendre, il faut parcourir 1410 km de route de Montréal, 1650 km de Québec.

A suivi la phase de construction, entre 2011 et 2014, au cours de laquelle « Goldcorp a investi plus de 2 milliards $US et généré l’embauche de plus de 2000 travailleurs. » En plus de son complexe de haut niveau, Goldcorp a investi environ 130 millions $US en infrastructures publiques, « incluant 63 kilomètres de routes, 60 kilomètres de lignes d’électricité, un aéroport et des installations de télécommunication qui serviront aux communautés locales pour les années à venir ».

La première coulée d’or a eu lieu le 1er octobre dernier et la production commerciale a débuté le 1er avril 2015. « Une fois la pleine production atteinte, vers la première moitié de 2018, Éléonore produira entre 500 000 et 600 000 onces d’or par année au cours de sa durée de vie [minimalement de 15 ans). Il est prévu d’employer approximativement 1000 personnes à Éléonore pendant la durée de la phase d’exploitation », dont quelque 200 autochtones.

Malgré un cours du métal jaune plutôt baissier ces temps-ci, « l’extraction du minerai est effectuée par des équipements de haute technologie ainsi que des procédés qui permettent de maximiser la récupération de l’or. Des pratiques novatrices sont employées afin d’assurer une faible empreinte écologique et font de Goldcorp un leader en environnement minier au Québec », peut-on lire dans le communiqué.


« Importantes retombées »

« Réalisé en collaboration avec les communautés locales et autochtones, mis en place selon les meilleures pratiques, ce projet a généré, et continuera de le faire pour de nombreuses années, d’importantes retombées partout au Québec », a commenté Pierre Arcand, ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles. Selon les médias présents à l’événement, la pleine exploitation d’Éléonore devrait ajouter environ 1 milliard par année au PIB du Québec.

Éléonore se faisait toutefois ressentir dans les résultats financiers de Goldcorp publiés jeudi, accompagnant l’annonce d’une réduction de son dividende mensuel de 60 %. La société aurifère a indiqué qu’elle verserait désormais un dividende mensuel de 2 ¢US par action, comparativement à celui de 5 ¢US par action qui prévalait précédemment.

Goldcorp a fait état d’un bénéfice net de 392 millions $US pour le deuxième trimestre, soit 47 ¢US par action, en hausse par rapport à celui de 181 millions, ou 22 ¢US par action, de la même période l’an dernier. Les revenus trimestriels ont grimpé à 1,19 milliard, comparativement à 884 millions il y a un an. En excluant la vente de ses actions de Tahoe Resources et de son projet minier Arturo, ainsi que d’autres éléments non récurrents, Goldcorp a réalisé un bénéfice ajusté de 65 millions, soit 8 ¢US par action, par rapport à celui de 164 millions, ou 20 ¢US par action.

Goldcorp a expliqué ce recul par la faiblesse des prix de l’or et des sous-produits métalliques, par une hausse des coûts de production attribuable à une lente accélération des activités de la mine Éléonore et par de plus hauts coûts de dépréciation et d’épuisement.

Dans ses perspectives, la société a dit s’attendre à ce que sa production atteigne cette année le haut de sa prévision d’entre 3,3 millions et 3,6 millions d’onces d’or. Goldcorp a aussi réduit sa prévision de coût de maintien tout compris entre 850 $US et 900 $US par once d’or, comparativement à une prévision précédente d’entre 875 $US et 950 $US par once d’or.

2 commentaires
  • Donald Bordeleau - Abonné 1 août 2015 10 h 55

    1000 emplois.

    Au cours actuel de l'or, cela représente un profit près de 4.8 milliards de revenu net au prix actuel selon un taux de change avantageux de 1443$/once.

    Mais actuellement le coût de production d'une once d'or est de 800-900$/once.
    Les premières nations pourraient recevoir 48 millions.

    Le gouvernement du Québec pourrait recevoir 470 millions en taxes et impôts sur 15 ans. De plus si la redevance sur les profits de 16% est appliquée le Québec pourrait recevoir 768 millions. Donc un montant total de près de 1.23 milliards dans les coffres du gouvernement durant cette période de 15 ans, soit un montant de 82 millions par an pour le trésor public.

    Mais la réalité peut-être toute autre selon l’évolution de l’économie.

    Mais le PIB aura augmenté pour le Québec.

    Bonne chance à Goldcorp, mais l’avenir est incertaine pour plusieurs autres minières.

  • Jacques Morissette - Abonné 2 août 2015 11 h 07

    Il y a tout ce que je souhaite dans ce texte, pour dorer la pilule.

    Compte rendu d'une nouvelle mine d'or, située dans le Nord du Québec, accompagné des commentaires de la Presse canadienne, pas besoin de pilule pour s'endormir, ne manque plus qu'une berceuse pour enrober le tout.