Le hockey pèse sur le Groupe TVA, qui perd 2,6 millions

Le président et chef de la direction de Québecor, Pierre Dion
Photo: Paul Chiasson La Presse canadienne Le président et chef de la direction de Québecor, Pierre Dion

Les coûts reliés à la diffusion des matchs de séries éliminatoires de la Ligue nationale de hockey (LNH) à TVA Sports ont pesé lourdement sur la performance financière du Groupe TVA, qui a perdu de l’argent au deuxième trimestre.

La filiale de Québecor Media a dévoilé mardi une perte nette de 2,6 millions, ou 6 ¢ par action, alors qu’elle avait dégagé un bénéfice net de 9,2 millions, ou 39 ¢ par action, à la même période lors de l’exercice 2014. Pour le trimestre clos le 30 juin dernier, les revenus totaux de Groupe TVA se sont établis à 159,4 millions, en progression par rapport à 109,7 millions lors du deuxième trimestre de l’an dernier. Toutefois, les redevances, droits et coûts de production — notamment reliés à la diffusion des matchs du circuit Bettman — ont plus que doublé, passant de 35,6 millions à 75,2 millions.

Importantes répercussions

La perte d’exploitation ajustée de TVA Sports a eu d’importantes répercussions sur le bénéfice d’exploitation du secteur de la télédiffusion et de la production, qui a dégringolé de 97 % pour s’établir à 535 000 $. Malgré tout, la présidente et chef de la direction de Groupe TVA, Julie Tremblay, estime que la situation devrait se redresser rapidement au sein de sa chaîne sportive. « Nous sommes très encouragés par les revenus totaux provenant des services sportifs, qui ont été six fois plus importants ce trimestre comparativement au même trimestre en 2014, a-t-elle indiqué. Cette hausse représente aussi une croissance de 28,1 % par rapport au premier trimestre. »

En vertu de l’entente de 5,2 milliards sur 12 ans signée en partenariat avec Rogers, la chaîne sportive est maintenant le diffuseur francophone officiel des matchs réguliers ainsi que des séries éliminatoires de la LNH. Québecor avait déjà indiqué dans le passé que la contribution de TVA Sports dans le cadre de l’entente avec la LNH était évaluée à près de 800 millions, soit un montant annuel d’environ 65 millions.

Dans le secteur des magazines, les baisses des revenus en kiosque et le recul des recettes publicitaires ont fait fléchir de 58,6 % le bénéfice d’exploitation, qui a été de 1,21 million. « Le trimestre a été marqué par l’intégration des marques acquises de Transcontinental le 12 avril, au sein des opérations existantes, a souligné Mme Tremblay. Groupe TVA sera en mesure de profiter de l’apport positif des nouveaux titres et des synergies initialement identifiées dès les troisième et quatrième trimestres. »

Quant au secteur des services cinématographiques et audiovisuels, le bénéfice d’exploitation s’est établi à 5,62 millions. Les biens acquis de Vision Globale et ses filiales comprennent les Studios Mel’s Cité du cinéma à Montréal et les Studios Melrose à Longueuil, deux installations utilisées pour des productions cinématographiques et télévisuelles locales et étrangères, y compris pour le tournage de films à succès américains.