Fiat Chrysler pénalisé pour 70 millions

Milan — Le constructeur automobile Fiat Chrysler Automobiles (FCA), accusé de manquements dans ses campagnes de rappels de voitures, a accepté de payer une amende de 70 millions $US afin de clore le contentieux avec l’agence américaine de la sécurité routière, la NHTSA, selon un communiqué lundi.

L’accord passé avec la NHTSA prévoit également que FCA déboursera 20 millions pour l’amélioration de ses activités dédiées aux consommateurs et de ses campagnes de rappel, ainsi que le versement d’une somme supplémentaire de 15 millions dans le cas où FCA ne respecterait pas les dispositions prises dans l’accord.

FCA reconnaît dans le compromis « ne pas avoir fourni de solution efficace à temps et ne pas s’être plié dans les délais à plusieurs règles [prévues par la NHTSA] dans le cadre de trois campagnes » de rappel, alors que le groupe était mis en cause par l’autorité pour 23 campagnes de rappel.

L’accord sera soumis à la surveillance d’un observateur indépendant et restera valide pendant trois ans, éventuellement prolongeables d’une année en cas de non-respect des dispositions.

Le groupe ne fournit pas plus de détails, mais, selon le quotidien Wall Street Journal paru dimanche, l’amende vient sanctionner des carences dans des rappels de 11 millions de véhicules, dont des modèles de Jeep plus anciens dont les réservoirs à essence auraient causé plusieurs incendies mortels. Les autorités reprocheraient notamment au constructeur d’avoir fait obstruction aux régulateurs, de ne pas avoir alerté les propriétaires de voitures en temps utile et d’avoir procédé à des réparations insuffisantes, affirme le journal.

1,4 million de véhicules

Il s’agit d’une mauvaise nouvelle supplémentaire pour Fiat Chrysler qui, dans une affaire distincte, a été contraint vendredi de rappeler 1,4 million de véhicules aux États-Unis après le piratage à distance d’une de ses Jeep par deux chercheurs.

Rappelons que ce rappel a pour but d’effectuer une mise à jour de leurs systèmes informatiques embarqués, après le piratage à distance d’un modèle Jeep Cherokee par deux chercheurs. Le troisième groupe automobile aux États-Unis affirme n’avoir eu connaissance d’aucun blessé ou d’une quelconque réclamation à l’exception de l’exemple démontré par les deux chercheurs. Les véhicules concernés sont la Jeep Grand Cherokee et la Cherokee années modèles 2014-2015, les camionnettes à plateau RAM 1500 (2013-2015), les Dodge Viper (2013-2015), Durango (2014-2015), Challenger (2015) et les berlines Chrysler 200 et 300 (2015).

Les chercheurs informatiques Charlie Miller et Chris Valasek affirment avoir pris le contrôle d’un modèle Jeep Cherokee en imposant au conducteur, un journaliste du magazine Wired, des manoeuvres qu’il ne maîtrisait pas. Il a notamment vu la radio du véhicule commencer à fonctionner toute seule, puis les essuie-glaces se déclencher ainsi que le lave-vitre, le moteur ralentir puis se couper et enfin les freins disparaître.

Fiat Chrysler US a indiqué avoir conçu une mise à jour pour le logiciel concerné. Celle-ci est également disponible pour téléchargement à partir d’une clé USB, ce qui permettra aux propriétaires de procéder eux-mêmes à la mise à jour s’ils le souhaitent.