Des géants s’engagent pour le climat

Washington — Plus d’une dizaine de grandes entreprises américaines, dont Apple, UPS et General Motors, se sont engagées à lutter contre le changement climatique, apportant leur soutien au président Barack Obama en amont d’un sommet mondial à Paris en décembre, a annoncé lundi la Maison-Blanche.

Des représentants de ces géants de l’économie américaine, dont également Coca Cola ou encore la banque Goldman Sachs, ont officialisé lundi leurs engagements en présence du secrétaire d’État John Kerry.

Des engagements qui représentent « au moins 140 milliards de dollars en nouveaux investissements (pour des activités) à faible empreinte-carbone, plus de 1600 mégawatts d’énergies renouvelables, ainsi qu’un programme d’objectifs très ambitieux propre à chaque entreprise », a déclaré lundi Brian Deese, conseiller du président Barack Obama, lors d’une présentation téléphonique.

Figurent également les entreprises Alcoa, Walmart, Pepsico, Berkshire Hathaway Energy, Google, Cargill, Microsoft et Bank of America.

Selon la Maison-Blanche, les promesses de ces entreprises — qui ont réalisé l’an dernier 1300 milliards de dollars de chiffres d’affaires cumulés — vont de la réduction des gaz à effet de serre de leurs usines au financement d’activités à faible empreinte-carbone.

Cette initiative s’inscrit dans le cadre des préparatifs de la grande conférence sur le climat prévue à Paris, du 30 novembre au 11 décembre. Elle réunira 195 pays sous l’égide des Nations unies, qui devraient s’engager à limiter à 2 degrés Celsius la hausse de la température mondiale générée par les émissions de gaz à effet de serre.

La conférence de « Paris est très importante », a déclaré Kevin McKnight, responsable du développement durable du géant de l’aluminium américain Alcoa, lors de la conférence téléphonique. « Il est essentiel que le secteur des affaires soutienne le gouvernement afin de s’assurer que Paris devienne une véritable opportunité de faire évoluer le monde vers une autre direction », a-t-il poursuivi.

« Paris est une excellente occasion pour canaliser les attentes » et obtenir une indication plus concrète « sur la position de tous les pays, pas seulement les États-Unis, face à l’avenir », a renchéri Rob Bernard, responsable de la stratégie environnementale de Microsoft.

Barack Obama, actuellement en déplacement en Afrique, a fait de la lutte contre le changement climatique l’une de ses priorités mais il fait face à la ferme opposition du Congrès contrôlé par les républicains. Son administration cherche donc à contourner l’obstacle en lançant des initiatives telles que celle qui vient d’aboutir à l’engagement de grands acteurs économiques du pays.

Les signataires « ne s’engagent pas seulement à ce que Paris soit un succès mais ils joignent le geste à la parole, en prenant de nouveaux engagements concrets pour réduire les émissions, utiliser des énergies plus propres », a souligné Brian Deese. Alcoa a ainsi promis de réduire de moitié ses émissions de gaz à effet de serre aux États-Unis d’ici 2025, par rapport au niveau de 2005.

« Nous espérons à la Maison-Blanche que l’annonce d’aujourd’hui marquera le début d’un effort soutenu de mobilisation et nous comptons annoncer plus tard cette année, avant la conférence de Paris, une seconde série d’engagements venant d’un éventail bien plus large d’entreprises américaines », a indiqué M. Deese.

5 commentaires
  • Guy Lafond - Inscrit 28 juillet 2015 04 h 32

    Encourageant!


    De grandes corporations appuient clairement les efforts de pays pour construire des économies propres.

    Bravo pour tout ce progrès!

    • Jean Richard - Abonné 28 juillet 2015 09 h 45

      On ne peut s'empêcher d'y aller d'une certaine méfiance.

      Ainsi...

      « Plus d’une dizaine de grandes entreprises américaines, dont Apple, UPS et General Motors, se sont engagées à lutter contre le changement climatique, »

      Est-ce que le géant Apple va prolonger la durée de vie de ses nombreux appareils ? Qu'y a-t-il de plus désolant que de se faire refuser des applications sous prétexte que le système d'exploitation est devenu obsolète et ne peut plus être mis à jour quand l'appareil n'a même pas quatre ans et que mécaniquement et électroniquement, il fonctionne parfaitement.

      Si Apple était sérieuse, elle nous annoncerait une garantie de soutien logiciel de ses produits pour au moins 12 ou 15 ans. Le matériel peut le faire.

      Par ailleurs, Apple pousse beaucoup la vente en ligne – et on voit de moins en moins de petites boutiques d'informatique en vendre. Ainsi, vous commandez un... iPad. Vanté comme étant mince, compact, efficace, il vous arrive par UPS, dans un gros camion General Motor, dans un emballage à plusieurs couches.

      En d'autres mots, pour lutter contre les changements climatiques, Apple va vous vendre un bidule avec un potentiel de plusieurs années, mais avec une date de péremption logicielle de trois ans. Apple va vous expédier l'objet entouré d'une montagne de matériaux d'emballage et l'objet va faire plusieurs kilomètres dans les rues de la ville à bord d'un gros camion.

      Comment peut-on être sérieux et soutenir à fond un modèle commercial des plus polluants ?

    • Yvon Giasson - Abonné 28 juillet 2015 09 h 48

      ...et je souhaite que ces républicains entêtés connaissaient la plus cuisante défaite électorale jamais vues aux prochaines élections méricaines.

    • Emmanuel Rousseau - Inscrit 28 juillet 2015 12 h 14

      @M. Richard, espérons que leur engagement changera la donne. Pour le moment, je vois la même chose que vous, c'est surtout intolérable de voir que la majorité est complètement indifférente à la question.

  • Daniel Bérubé - Abonné 28 juillet 2015 11 h 59

    Il est possible,

    que certains soient sincères dans leurs objectifs... mais permettez moi d'être sceptique pour certains...

    En l'an 2000, GM a fait la EV-1 (Electrical Vehicule One), en a fabriqué plusieurs milliers, n'a absolument pas voulu en vendre une seule (seulement en location) et quand le contrat de location finissait, GM refusait catégoriquement de vendre le véhicule à celui qui l'avait loué. Tout les véhicule furent détruit, passé à la presse, sauf un qui est dans un musé des USA. Selon un reportage sur le sujet, c'est quand GM a réalisé que quantité de pièces nécessaire à l'entretien normal d'un véhicule, ne seraient plus nécessaire avec un model électrique... il a changé son fusil d'épaule ! Car trop de profits seraient perdu sur l'entretien du véhicule.

    Alors, que des multinationnales passent soudainement de dur capitalistes se foutant de notre milieu de vie à entreprises roses avec les meilleures intentions environnementales sincères... permettez-moi d'être sceptique.

    Par contre, quand nous parlons d'entreprises comme Tesla, la chose me parraît différente: je lisais l'an dernier qu'elle ouvrait tout grand ses livres de fabrication de son véhicule, ignorait les contexte d' "inventions brevetés", que si d'autres constructeurs voulaient connaître ses façons de procédés... elle était ouverte à la chose. C'est la première fois que je voyais des agirs semblables, mais elle semble encore la seule à l'offrir.

    N'oublions pas que pour quantité d'entreprises, c'est une publicité peu dispendieuse et qui attire les regards d'un grand nombre, alors...

    Envers les entreprises, dites capitalistes, je suis un peu "Thomas" en ce sens: je croirai quand je verrai... voir même, que je "toucherai"...