Microsoft n’a plus le droit à l’erreur

Windows 10 se veut universel, adapté au PC comme au téléphone intelligent.
Photo: Tobias Schwarz Agence France-Presse Windows 10 se veut universel, adapté au PC comme au téléphone intelligent.

Microsoft lance officiellement mercredi dans 190 pays un nouveau Windows, avec lequel il espère faire oublier les erreurs de la version précédente du système d’exploitation et son échec à négocier le virage des téléphones intelligents.

La révolution mobile de Microsoft, promise au lancement de Windows 8 fin 2012, n’a pas eu lieu. Consommateurs, entreprises et concepteurs d’applications mobiles ont boudé le logiciel. Et le groupe américain a encore annoncé au début du mois 7800 suppressions d’emplois, essentiellement dans sa filiale de téléphonie Nokia qui avait déjà supporté une grosse partie des 18000 coupes décidées l’an dernier lors d’un plan social historique.

Au-delà de la réintroduction symbolique du « menu démarrer », dont la disparition sous Windows 8 avait désarçonné beaucoup d’utilisateurs de longue date, Windows 10 est censé redresser la barre et équiper un milliard d’appareils d’ici 2018. Toutes versions confondues, Windows compte aujourd’hui 1,5 milliard d’utilisateurs dans le monde, essentiellement sur PC.

Système universel

Contrairement à ses prédécesseurs qui se déclinaient en différentes variantes selon le type d’appareil visé, Windows 10 se veut universel, adapté au PC comme au téléphone intelligent en passant par la console de jeux vidéo Xbox ou les lunettes de réalité virtuelle. « L’espoir est d’attirer les développeurs d’application, surtout pour les téléphones où Microsoft a du mal » mais qui sont « toujours stratégiques », estime Rob Enderle, un analyste indépendant du secteur technologique.

Faute d’un catalogue suffisamment convaincant d’applications, les téléphones Windows ne font aujourd’hui pas le poids face à l’iPhone d’Apple ou aux smartphones de multiples marques fonctionnant sous Android, le système d’exploitation de Google. « Ils sont très loin derrière sur le marché mobile et ça prendrait énormément d’efforts et de temps, et un vrai changement de pensée des autres acteurs (comme les développeurs) pour que les téléphones Windows gagnent vraiment du terrain », prévient toutefois Steve Kleynhans, un analyste du cabinet Gartner.

Microsoft se montre d’ailleurs pragmatique en ouvrant certains produits aux écosystèmes concurrents, avec son application Office pour iPad par exemple, rappelle-t-il. Autre rupture : Windows 10 aura des mises à jour permanentes et automatiques après l’achat, sans attendre comme aujourd’hui la sortie de la version suivante. « Tout va en direction de la construction d’une relation » avec le consommateur, avec l’idée de Windows comme « un service permanent qui évolue », estime Frank Gillett, un analyste du cabinet Forrester.

Échantillon gratuit

Pour accélérer son adoption, Microsoft va également pour la première fois offrir Windows 10 comme une mise à jour gratuite pour les utilisateurs des versions précédentes (Windows 7 et 8). Les fabricants d’ordinateurs continueront, eux, de payer pour préinstaller le logiciel sur leurs appareils, des licences qui représentent le plus gros des recettes du groupe de Redmond. Pour Steve Kleynhans, Microsoft donne aux consommateurs « un échantillon gratuit du nouveau système d’exploitation », en espérant les convaincre d’acheter un nouvel ordinateur.

Le marché mondial du PC, ancrage de Microsoft, est en crise depuis plus de trois ans, cannibalisé par les tablettes et les smartphones. Les ventes ont encore reculé au deuxième trimestre, de 9,5 % à 11,8 %, selon les cabinets Gartner et IDC. « L’écosystème du PC a été sous pression récemment, mais Windows 10 va élargir nos opportunités économiques », assurait la semaine dernière le patron de Microsoft, Satya Nadella.

Pour Steve Kleynhans, Windows 10 « aura un grand impact sur l’aspect des PC que nous achetons », il devrait accélérer la tendance à les doter de fonctionnalités comme l’identification biométrique ou les commandes tactiles, qu’il est prévu pour faire fonctionner tout comme l’assistant vocal Cortana (rival de Siri chez Apple) ou le navigateur Edge (remplaçant d’Internet Explorer).

L’analyste n’attend en revanche « pas d’impact énorme sur les ventes. Les gens remplacent leur PC quand ils ont une raison de le faire. Et Windows 10 à lui seul n’est pas une raison », au moins à court terme. Il note néanmoins que les entreprises, particulièrement réfractaires à Windows 8, seront assez rapidement confrontées à la fin du support technique pour Windows 7, ce qui « augmente la pression pour passer à Windows 10 ».

4 commentaires
  • Eric Lessard - Abonné 28 juillet 2015 06 h 41

    Pourquoi pas l'avoir appelé Windows 9?

    On dirait que Windows se spécialise dans le changement rapide de ses versions. Le plus ancien que je me rappelle est Windows 95, ensuite les trois derniers sont Vista, 7 et 8. Il n'y a pas eu de version 9 à ce que je sache.

    Peut-être trouvent-ils que le chiffre 10 est plus vendeur que 9, il n'en demeure pas moins que plusieurs vont se demander pourquoi ils ont passé du 8 au 10.

    Un autre inconvénient, c'est que pour maitriser le système, il faut s'adapter aux nouvelles versions, on sait que la 7 et la 8 sont assez différentes.

    Il ne faudrait peut-être pas trop miser sur des changements trop rapides et trop profonds car les employeurs et les employés risquent de se lasser de devoir suivre des cours pour connaître le fonctionnement de la nouvelle version. D'autant plus que le travail de bureau typique demande des fonctions très basiques et non pas des milliers d'options et de fonctions.

    • Pierre Masse - Inscrit 28 juillet 2015 11 h 32

      Les questions que vous vous posez ont toutes été répondues par les gens de Microsoft. Il suffit d'aller sur Wikipédia, si vous ne voulez pas chercher sur le site de Microsoft.

      La publicité de Windows 10 indique justement que les gens n'auront pas à s'adapter, puisqu'il fonctionne comme Windows 7 en grande partie, et que les utilisateurs de Windows 8 ne seront pas dépaysés non plus.

      Je m'étonne chaque fois que certains se posent des questions sans chercher les réponses alors que nous sommes à l'ère de l'information et que presque tout se trouve à portée de secondes sur le web. Ils préfèrent donner leur "opinion", sans se soucier de savoir de quoi il en retourne vraiment.

  • Daniel Vézina - Inscrit 28 juillet 2015 12 h 12

    "...dans un contexte morose"

    Pour Microsoft, oui, mais pas pour Apple...

    Désolé, mais Microsoft ne fait que tenter de rattraper ceux qui ont RÉELLEMENT innové depuis le début du siècle et il est temps pour eux de descendre de leur pied d'estale, place acquise illégalement de toute façon, si se rappelle bien le procès en 1998...

  • Jean-Yves Pelletier - Abonné 28 juillet 2015 17 h 41

    avec Windows 10, votre propre ordi n'est plus à vous

    Cette version (Win 10) prend le contrôle complet de votre ordi. Microsoft peut le mettre à jour à volonté et changer tout ce qu'ils veulent sur ''votre'' machine, sans vous demander la permission et sans que vous puissiez refuser quoique ce soit.
    Vive le libre !!