Baisse de la valeur des permis de construction

Dans le secteur résidentiel, la valeur des permis de construction a baissé de 13,5 % pour se fixer à 3,9 milliards en mai, ce qui a mis fin à une série de trois hausses mensuelles consécutives.
Photo: Olivier Zuida Le Devoir Dans le secteur résidentiel, la valeur des permis de construction a baissé de 13,5 % pour se fixer à 3,9 milliards en mai, ce qui a mis fin à une série de trois hausses mensuelles consécutives.

Ottawa — La valeur totale des permis de construction a diminué de 14,5 % pour s’établir à 6,7 milliards en mai, après deux mois d’augmentations d’au moins 10 %, a indiqué mercredi Statistique Canada.

Des reculs ont été enregistrés dans cinq provinces, plus particulièrement en Ontario, où une hausse marquée avait été observée le mois précédent, a précisé l’agence fédérale. En revanche, le Québec et le Nouveau-Brunswick ont affiché les plus fortes hausses. Au Québec, l’augmentation découle de la hausse des intentions de construction d’immeubles non résidentiels et de logements unifamiliaux.

Dans le secteur résidentiel, la valeur des permis a baissé de 13,5 % pour se fixer à 3,9 milliards en mai, ce qui a mis fin à une série de trois hausses mensuelles consécutives. Des diminutions ont été observées dans sept provinces, une grande partie de la baisse étant attribuable à l’Ontario et à l’Alberta. Par contre, la Colombie-Britannique a enregistré la hausse la plus prononcée.

Les municipalités canadiennes ont délivré des permis de construction non résidentielle d’une valeur de 2,8 milliards en mai, soit une baisse de 16 % par rapport à avril. Ce recul fait suite à des augmentations de 24,8 % en mars et de 31,7 % en avril.

Les hausses enregistrées dans sept provinces et dans un territoire n’ont pas suffi à compenser les baisses notées dans les autres provinces et territoires. L’Ontario a enregistré la baisse la plus marquée, suivi de la Colombie-Britannique et de Terre-Neuve-et-Labrador.

À voir en vidéo