Résolu obtient un sursis de 12 mois

Photo: Jacques Nadeau Le Devoir

Produits forestiers Résolu a obtenu un sursis d’un an pour l’aider à conserver sa certification du Forest Stewardship Council (FSC) sur des parterres de coupe au Lac-Saint-Jean.

Ce nouveau délai permettra au gouvernement Couillard de régler les dossiers de la protection du caribou et du litige territorial entre les Cris et les Innus sur ces 3,2 millions d’hectares de forêt boréale.

La demande avait été effectuée conjointement par Résolu, FSC Canada et FSC International auprès de l’auditeur indépendant Rainforest Alliance tout juste avant l’échéance du certificat, prévue jeudi.

« C’est un message très fort, a affirmé le porte-parole de l’entreprise, Karl Blackburn, en entrevue téléphonique. Cela prouve que les éléments [à l’origine de la suspension de la certification] ne relèvent pas de nos activités forestières. »

Même s’il estime que les discussions ne sont pas toujours « positives » entre le gouvernement Couillard et les Premières Nations, M. Blackburn croit que les litiges en cours finiront par se régler.

De son côté, un porte-parole de Greenpeace, Richard Brooks, qui s’est dit « surpris » de l’octroi d’une prolongation, a dit espérer que Résolu travaillera de « manière collaborative afin de renforcer ses pratiques forestières. »

Le groupe environnementaliste affirme qu’en 2013, Rainforest Alliance avait relevé de « nombreux manquements » aux exigences des normes FSC, dont l’insuffisante protection des espèces menacées et le manque de mesures visant à conserver les forêts anciennes.

Résolu a souvent critiqué Greenpeace dans le passé en affirmant que ses pressions étaient à l’origine de la perte de son certificat. Cela avait entre autres incité le géant du détail Best Buy à cesser de s’approvisionner en papier auprès de l’entreprise pour ses circulaires.

En mars dernier, le président et chef de la direction de Résolu, Richard Garneau, avait en partie attribué la fermeture d’une machine à papier à son usine d’Alma aux campagnes de « désinformation » menées par les écologistes. Cette décision avait provoqué la perte de 85 emplois.

De passage à Roberval pour une annonce économique, le premier ministre Philippe Couillard, accompagné de son ministre des Forêts, Laurent Lessard, s’est réjoui de ce délai, affirmant qu’il s’agissait d’un pas dans la bonne direction.

À voir en vidéo