Air Canada reprend son solde d'après les Fêtes

Air Canada est revenu hier avec son traditionnel solde de sièges d'après les Fêtes promettant des réductions pouvant atteindre les 45 %. Le transporteur se défend, ainsi, de répliquer à l'offre à 20 $ de Jetsgo. Surtout, il écarte le scénario lui prêtant l'intention de vouloir alimenter une guerre de prix en ce début d'une année où les pressions à la baisse sur les prix doivent persister. Mais en ce début d'une année où l'on s'attend à ce qu'Air Canada puisse mieux résister à une action toujours musclée des transporteurs à rabais.

Air Canada et sa filiale régionale Jazz ont lancé hier leur solde d'hiver laissant miroiter des réductions pouvant atteindre les 45 % sur quelque 150 destinations. Les billets doivent être achetés d'ici le 15 janvier et le voyage terminé au plus tard le 2 avril.

Un peu plus tôt, le transporteur à rabais Jetsgo annonçait l'ajout de ses 13e et 14e appareils à sa flotte afin d'ajouter à sa carte de fréquences. La veille, le transporteur né en juin 2002 sous l'élan de Michel Leblanc, dans la faillite de Canada 3000, disait vouloir amorcer l'année avec un tarif à 20,04 $ pour un aller à partir de Toronto vers toutes les destinations de son réseau, comprenant 11 villes canadiennes. Aux États-Unis, Jetsgo dessert les destinations de New York, de Las Vegas et de la Floride. Il va sans dire que cette promotion est pour l'aller seulement, que le retour se fait au plein tarif et que le voyageur montréalais doit ajouter son déplacement Montréal-Toronto.

Loin de voir, ici, l'amorce d'une guerre de prix en cette morte saison, la porte-parole d'Air Canada, Isabelle Arthur, invite plutôt à relier l'initiative à un solde de sièges visant à stimuler le trafic en cette période creuse de l'hiver. «Nous avons effectué de tels soldes à neuf reprises en 2003, et en autant d'occasions en 2002», a-t-elle pris soin d'ajouter.

Concurrence plus vive

Ce tiraillement, qui se veut persistant, sert d'amorce à une année 2004 que le spécialiste en voyages American Express place sous le sceau d'une concurrence toujours plus vive exercée par les transporteurs à escompte. Le spécialiste évalue désormais à 30 % la part du marché des Canjet, Jetsgo et Westjet, contre 24 % en 2002 et 10 % en 2001. Or, cette part de marché retenue par les transporteurs à prestations simplifiées devrait demeurer entre 25 et 30 % cette année.

Car dans le but de défendre sa position sur le marché, Air Canada a réagi en adoptant une politique de prix avec options tarifaires plus économiques. «Cette stratégie semble fonctionner. Si l'on se fie aux dernières tendances en matière de réservations, les voyageurs d'affaires profitent pleinement des tarifs inférieurs d'Air Canada. Voilà qui devrait permettre à la société aérienne de voir sa part du marché intérieur s'améliorer», croit Amex. L'institution chiffre à neuf milliards de dollars les frais de déplacement qu'engageront les entreprises canadiennes en 2004, soit une baisse anticipée de 2 %.

«On s'attend à ce que les tarifs aériens intérieurs affichent la plus forte décroissance au cours de l'année, soit de 5 à 6 %. Cela s'explique en grande partie par la disponibilité accrue des tarifs bon marché et la présence de plus en plus marquée des transporteurs à bas prix», ont renchéri les services-conseils du spécialiste en gestion de voyages.

Poursuivant son survol des tendances en matière de voyages d'affaires, American Express anticipe une stabilité des prix sur les vols transfrontaliers et une augmentation des tarifs, de l'ordre de 1 à 2 % sur les routes internationales, cette dernière progression parvenant cependant à peine à compenser les pressions sur les prix dans les autres segments. «Les déplacements internationaux absorbent une part beaucoup moins considérable des budgets de voyages des entreprises, soit d'environ 12 à 15 % dans l'ensemble.»

Ce faisant, la croissance globale dans l'industrie cette année viendra davantage de la quête de volume que d'une hausse tarifaire. Sur cette base l'optimisme est de rigueur. «Chez Amex, les réservations de voyages d'affaires ont augmenté entre 10 et 25 % par mois au cours des trois derniers mois. La reprise est donc manifeste», soutient-on.