Canam-Manac abandonne un contrat en République dominicaine

Longueuil — Le Groupe Canam Manac ne donnera pas suite au contrat en coparticipation de 72,7 millions de dollars obtenu avec le charpentier mexicain Fervi S.A. de C.V. en République dominicaine, en août 2002.

Hier dans un communiqué, l'entreprise a expliqué que le projet devait être complété au cours de l'année 2004, mais que les travaux ont été interrompus de façon prolongée au cours de la dernière année en raison de la faillite d'une banque locale. «À la reprise des travaux, le Groupe Canam Manac a refusé de poursuivre le projet en raison de la faible rentabilité prévue découlant de la hausse de la valeur du dollar canadien et la dévaluation du pesos dominicain et également parce que le client proposait de payer partiellement le coût des travaux en échange d'espaces locatifs dans l'édifice.»

L'abandon de ce projet n'a aucun impact matériel sur les résultats de la compagnie, a précisé Canam Manac.

Lundi, Manac, une division du Groupe Canam Manac, a annoncé la fermeture définitive de son usine de semi-remorques à Orangeville, en Ontario, en raison d'une surcapacité de production persistante de l'industrie de la semi-remorque et de la vigueur de la devise canadienne face au dollar américain.

Le groupe Canam Manac exploite 19 usines de fabrication de composantes métalliques, de semi-remorques et d'équipements forestiers. Il compte plus de 4000 personnes à son emploi au Canada, aux États-Unis, au Mexique, en Roumanie et en Inde.

À la Bourse de Toronto hier, le titre de l'entreprise a gagné 11 ¢, pour clôturer à 4,16 $.