Selon le cabinet de conseil Challenger, Gray and Christmas - Les suppressions d'emplois ont chuté de 16 % en 2003

Washington — Les annonces de suppressions d'emplois dans les entreprises américaines ont chuté de 16 % sur l'ensemble de l'année 2003 par rapport à 2002, a estimé hier le cabinet de conseil Challenger, Gray and Christmas.

Au total, l'année 2003 aura connu 1 236 426 suppressions d'emplois contre 1 466 823 en 2002, a précisé Challenger dans un communiqué.

«Le recul des suppressions d'emplois est certes une bonne nouvelle, mais il est difficile de se réjouir énormément des performances d'une année durant laquelle plus de 1,2 million de personnes ont été victimes de compressions du personnel. C'est plus que le double de la moyenne de 553 044 suppressions d'emplois par an durant les six années ayant précédé la récession», a souligné John Challenger, le p.-d.g. du cabinet de conseil.

Le plus troublant, selon le cabinet Challenger, c'est que sur le long terme la tendance semble être à la hausse. Entre 1995

et 1997, en moyenne quelque 450 460 emplois étaient supprimés chaque année alors qu'entre 1998 et 2000 cette moyenne a grimpé à 655 629, malgré la robustesse de l'économie.

Le secteur public et les emplois non lucratifs sont venus en tête des annonces de suppressions d'emplois en 2003, devant les télécommunications, les biens industriels et les ventes de détail.

La tendance à la hausse des suppressions de postes des dernières années peut en partie s'expliquer par l'évolution des technologies, la croissance de la productivité et l'utilisation accrue des délocalisations, selon le cabinet de conseil. «Les mêmes facteurs vont faire que le recrutement ne décollera encore pas en 2004», selon M. Challenger.