La Bourse de New York gagnée par la frilosité

New York — Wall Street a baissé lundi, se montrant frileuse en raison du niveau élevé des valorisations et aux incertitudes quant à la politique de la Fed, sans être soutenue par l’actualité plutôt maigre cette semaine : le Dow Jones a perdu 0,5 % et le Nasdaq 0,9 %.

Selon des résultats définitifs, l’indice vedette Dow Jones a perdu 82,91 points, à 17 766,55 points, et le Nasdaq, à dominante technologique, 46,83 points, à 5021,63 points. L’indice élargi S P 500, particulièrement surveillé par les investisseurs, a reculé de 0,7 %, soit 13,55 points, à 2079,28 points.

« On arrive à un tournant avec un S P 500 à seulement 2 % de ses records » franchis à mi-mai, a souligné Art Hogan, de Wunderlich Securities. « Dans ce contexte, on craint que chaque bon indicateur, même s’il n’y en a pas eu aujourd’hui, encourage la Réserve fédérale à relever ses taux avant la fin de l’année. »

« On essaie d’évaluer le niveau des valorisations du S P, et ce que cela donnerait en cas de remontée des taux », a expliqué M. Hogan.

À Toronto l’indice composé S&P/TSX a retraité de 213,83 points, ou de 1,4 %, pour terminer la séance à 14 743,33 points, son plus faible niveau en deux mois. Depuis jeudi, le parquet torontois a cédé plus de 400 points. Le dollar canadien s’est pour sa part apprécié de 27 ¢ à 80,66 ¢ US. « Tous les grands secteurs sont en baisse aujourd’hui, alors c’est un désinvestissement assez généralisé », a observé Colin Cieszynski, stratège en chef des marchés chez CMC Markets Canada. Le secteur de l’énergie a été le plus grand perdant, avec un déclin de 2,4 %.

Chine : les importations plongent de 18 %

Sur la scène économique, la Chine a vu ses importations dégringoler en mai pour le septième mois consécutif, tandis que ses exportations essuyaient un nouveau repli, symptômes inquiétants de la détérioration de la demande et du ralentissement de l’activité dans la deuxième économie mondiale.

Inexorablement, les importations chinoises continuent de piquer du nez. Elles ont plongé de 17,6 % sur un an le mois dernier, selon des chiffres officiels publiés lundi. La contraction est plus importante que le mois précédent (-16,2 %) et bien au-delà du repli de 10 % qu’attendaient les experts interrogés par l’agence Bloomberg.

Les exportations du pays se sont repliées de 2,5 %. Certes, au-dessus de la prévision médiane des analystes (-4 %) et mieux que la baisse-surprise de 6 % affichée le mois précédent.

À voir en vidéo