En attendant l'enquête d'un comité extraordinaire - La poursuite contre Hollinger est suspendue

Toronto — Un juge a accepté de surseoir à la poursuite intentée contre des dirigeants de Hollinger International, à la demande des deux parties, a annoncé la société dont le siège social est à Chicago.

Plusieurs dirigeants de Hollinger, dont Conrad Black, sont accusés d'avoir privé la société d'édition d'au moins 300 millions $US. Hollinger International a indiqué que la société et le plaignant ont demandé l'interruption des procédures en attendant les résultats de l'enquête menée par un comité extraordinaire formé par la société l'an dernier.

Une porte-parole de Hollinger a indiqué que la demande de suspension des procédures avait été accordée par un juge du Delaware. L'avocat du plaignant, la société Cardinal Capital Corp., n'a pu être joint pour confirmer la nouvelle.

Selon la poursuite intentée en novembre 2003, le conseil d'administration et son comité de vérification avaient souvent approuvé des transactions en se fiant uniquement à l'assurance de membres de la direction qui pouvaient en bénéficier personnellement. «Bref, le conseil d'administration n'a jamais dit non», indique la poursuite.

Les accusations de Cardinal Capital, un des actionnaires institutionnels de Hollinger International, font suite à la vente par la société de plusieurs petits journaux américains pour une somme supérieure à 500 millions $US.

La poursuite, qui comprend des allégations qui n'ont pas encore été prouvées devant un tribunal, soutient que le comité de vérification a approuvé à deux reprises la vente, pour la modique somme de 1 $, de journaux à Horizon Publications, une société privée appartenant à Black et à l'ancien président et chef de l'exploitation de Hollinger, David Radler. Ces transactions auraient fait perdre au moins 300 millions à Hollinger, ajoute le plaignant.

De plus, MM. Black, Radler et d'autres personnes auraient reçu des millions de dollars pour accepter de ne pas concurrencer les journaux vendus par Hollinger, ajoute le plaignant.

M. Black a démissionné de son poste de chef de la direction de Hollinger en novembre après qu'un comité eut découvert que 32,2 millions avaient été versés à lui, à M. Radler, à deux autres dirigeants importants de la société et à Hollinger, une firme canadienne appartenant à M. Black.

MM. Black et Radler ont annoncé qu'ils rembourseront une partie des sommes perçues, soit environ 7,5 millions.