Les États-Unis en 2004 - La Fed prévoit une solide croissance

Washington — La forte croissance attendue cette année pour les États-Unis avec des taux d'intérêt historiquement bas provoquera une modification de la politique monétaire américaine «à moment donné», déclare hier Jack Guynn, président de la Réserve fédérale d'Atlanta.

Mais il ne fournit aucune indication sur la date d'un éventuel relèvement des taux et souligne que l'inflation américaine reste fermement maîtrisée.

«Si la croissance économique continue à s'accélérer et à s'élargir, il sera opportun à moment donné de ramener la politique [monétaire] vers une position à plus long terme qui soit plus cohérente avec une croissance non inflationniste et durable», déclare-t-il dans un discours au Rotary Club d'Atlanta.

«Je suggère que les mesures de politique monétaire ne dépendent pas d'un calendrier, mais plutôt d'un moment économique. Étant donné les prévisions dont nous disposons pour l'instant, je veux insister sur le fait qu'il me paraît y avoir peu de risque pour que l'inflation augmente de manière significative», ajoute-t-il.

Guynn se déclare «très à l'aise» avec les prévisions de croissance de 3,5 % à 4 % pour les États-Unis en 2004 et prévoit que les dépenses des entreprises confirmeront leur vigueur récente même si la consommation des ménages baisse. «Sur de nombreux points, la croissance économique est, et devrait continuer à être, plus large et plus résistante cette année alors que la croissance continue à s'étendre parmi les secteurs et que les marchés du travail s'améliorent», poursuit-il.

Une hausse des taux des prêts immobiliers pourrait freiner la consommation en diminuant une source importante de soutien pour les dépenses des ménages, ajoute-t-il.