Il y a toujours «surabondance» de pétrole, selon l’OPEP

Vienne — L’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) a légèrement révisé à la hausse sa prévision de demande de brut en 2015, tout en soulignant que le marché mondial faisait toujours l’objet d’une « surabondance » d’offre, dans son rapport mensuel publié mardi.

Le cartel, qui pompe un peu moins du tiers du brut mondial, a rehaussé de 60 000 barils de pétrole par jour sa prévision de demande cette année, en raison d’un frémissement en Europe. Cette révision n’a cependant qu’un effet marginal sur le volume global moyen de la demande, prévu à 92,5 millions de barils par jour (mbj).

La production des pays n’appartenant pas au cartel devant rester inchangée par rapport à la précédente estimation, cette légère hausse porte à 29,32 mbj la demande virtuellement adressée à l’OPEP en 2015.

L’organisation de douze pays, dont les ministres se réuniront le 5 juin, s’est fixée un quota de production de 30 mbj. Celui-ci est régulièrement dépassé : la production de l’OPEP s’est montée à 30,84 mbj en avril, selon le rapport.

Mais malgré un excédent mondial de l’ordre de 1 mbj, hors stocks, l’OPEP refuse désormais de jouer les variables d’ajustement sur le marché, une position notamment défendue par l’Arabie saoudite. Lundi, l’ex-ministre qatari du pétrole Abdallah al-Attiyah a lui aussi mis en garde contre une réduction unilatérale de la production par les pays de l’OPEP. « Autrement, ils perdront des parts de marché et d’autres profiteront de prix élevés tout en produisant plus », a-t-il estimé.

Dans ce contexte, le léger rebond des prix observé en avril repose avant tout sur une approche « spéculative », basée sur un dollar bas et l’espoir d’un rebond de la demande américaine couplée à une poursuite de la baisse de la production de pétrole de schiste dans ce pays, selon le rapport.

Lundi, M. al-Attiyah avait estimé que le monde devait oublier l’idée d’un baril de pétrole à 100 $US — soit le niveau avant la chute des cours — et jugé que les prix se stabiliseraient autour de 60-70 $US le baril.