Les Québécois les plus pauvres regardent les autres s’enrichir

Photo: Jacques Nadeau Le Devoir

Le patrimoine de la majorité des Québécois a augmenté deux fois plus vite depuis 15 ans que celui du reste de la population moins nantie.

L’avoir net des ménages a presque doublé de 1999 à 2012 au Québec, le total de leurs avoirs moins l’ensemble de leurs dettes étant passé d’une valeur nette médiane de 100 200 $ à 197 900 $ en dollars constants de 2012, rapporte l’Institut de la statistique du Québec (ISQ) dans une étude dévoilée mercredi.

Ce résultat général cache toutefois une fracture au sein de la société qui apparaît lorsqu’on la divise en cinq groupes égaux allant de ceux dont l’avoir net est le moins élevé (1er quintile) à ceux dont l’avoir est le plus élevé (5e quintile). Cette opération permet en effet de constater que la hausse du patrimoine n’a été que d’environ 40 % pour les deux quintiles — ou les 40 % de la population — les moins nantis alors qu’il a été de plus du double (près de 100 %) pour les trois autres quintiles ou 60 % de la population la plus riche.

Comme ces hausses inégales se sont appliquées à des niveaux de richesse déjà bien inégaux, les écarts entre les différentes strates de la société se sont creusés. La valeur nette médiane des 20 % des ménages les plus riches a ainsi grimpé de 632 800 $ à presque 1,2 million, soit l’équivalent de 68 % de l’ensemble des avoirs nets au Québec. Tout juste en dessous, les familles du 4e quintile ne détenaient déjà que 21 % du total québécois en 2012, avec un avoir net de 488 100 $. En milieu de peloton, le 20 % de la population appartenant au 3e quintile a pour sa part vu son avoir net médian passer de 100 200 $ à 198 000 $ pour 8,2 % du patrimoine québécois. Les familles du 2e quintile ont dû se contenter d’un avoir net quatre fois inférieur, à 42 400 $, et équivalant à seulement 2 % du total québécois. Quant au cinquième de la population la moins riche, son avoir net est tellement faible, après être passé de 1300 $ à 1800 $, que l’ISQ n’ose pas lui accorder le même degré de certitude statistique que les autres ni essayer d’estimer sa part du patrimoine financier québécois.

Patrimoine et revenus

L’étude de l’ISQ n’a pas essayé d’expliquer la différence du rythme de croissance de l’avoir net des 40 % des moins nantis. « On peut formuler l’hypothèse que la forte augmentation du prix des maisons y est pour quelque chose si l’on admet que les ménages les moins nantis seraient aussi proportionnellement plus nombreux à être locataires plutôt que propriétaires »,s’est prudemment avancé son auteur, Marc-André Gauthier, en entretien téléphonique au Devoir.

Est-ce que ces grandes tendances constatées dans l’étude peuvent avoir changé depuis 2012 ? « Je ne crois pas », répond l’analyste.

Les écarts entre riches et pauvres sont habituellement abordés en termes de revenus plutôt que de la valeur de leur patrimoine. Une autre note de recherche de l’ISQ rapportait récemment que les deux phénomènes sont étroitement liés bien que l’on trouve des « minorités non négligeables » de ménages à revenus élevés mais avec peu de patrimoine ainsi que des ménages à revenus plus faibles mais pourvus d’un bon patrimoine. À preuve, l’étude de mercredi constate que les ménages disposant de moins de 25 000 $ de revenu après impôt avaient une valeur nette médiane d’à peine 10 000 $ en 2012, comparativement à un patrimoine d’un peu plus de 170 000 $ pour les familles gagnant entre 25 000 $ et 50 000 $ par an, à un patrimoine d’un peu moins de 400 000 $ pour les revenus de 75 000 $ et 100 000 $ par an, et plus de 1,3 million en valeur nette pour les ménages dont le revenu annuel après impôt dépasse 125 000 $.

La maison : le principal passif et actif

La répartition entre actifs et passifs n’a pas tellement changé de 1999 à 2012, remarque l’ISQ.

Plus du tiers (35 %) de l’ensemble des avoirs au Québec prend la forme de REER, de régimes de retraite d’employeur et d’autres régimes de retraite privés. La résidence principale arrive tout de suite en deuxième, avec 29 % du total, suivie, beaucoup plus loin, par les placements financiers hors retraite (12 %) et les capitaux propres dans une entreprise (9,6 %).

Du côté des dettes, les trois quarts au Québec restent liées à la maison, à raison de 56 % en hypothèques sur la résidence principale et de 19 % en hypothèques pour d’autres biens immobiliers. Les dettes à la consommation comptent pour les 25 % restants. Parmi ces dernières, le recours aux marges de crédit a fait un bond, passant de 4 % à presque 11 % de l’ensemble des dettes des Québécois, alors que les prêts automobiles sont passés de 7,4 % à 8,7 %.

3 commentaires
  • Yves Côté - Abonné 7 mai 2015 03 h 16

    Un pays fait de justice sociale...

    Construire un pays fait de justice n'est ni simple, ni facile.
    Le Canada ne cesse d'échouer à le faire et le Québec reste toujours aujourd'hui notre pays à construire.
    Je me réjouis que dans ma province canadienne les individus puissent s'enrichir, mais je m'attriste bien plus que le nombre de ses plus mal pris soient prisonniers de leurs difficultés. Et de leurs malheurs...
    Le gouvernement fédéraliste de Monsieur Couillard ne cesse de prendre des mesures pour enrichir les plus favorisés d'entre nous et appauvrir l'ensemble des Québécois. Et cela, que ce soit en éducation, en santé, en circulation, en régionalisme, en culture, en environnement...
    Qu'il s'en défende, bien ou mal, ou qu'il se justifie de le faire, cela n'en change pas pour autant la stricte réalité.
    Selon moi, le pays à venir du Québec devra avoir l'obcession de la justice sociale.
    Indépendantistes, pourquoi donc ne pas déjà travailler dès aujourd'hui ensemble à de meilleurs conservation, développement et partage de nos richesses, permettant aux uns de vivre dans le confort tout en aidant les autres à y parvenir aussi ?
    Plutôt que d'arrêter le regard sur une campagne à la chefferie de parti, pourquoi ne pas déjà s'intéresser à une constitution et un projet de société éventuels ? Eux qui auraient pour but de ne laisser personne sur le bas-côté du chemin de la vie, en absence de ressource pour s'en sortir ?
    J'ai l'intime conviction qu'un tel projet de pays aurait tout pour rassembler définitivement les Québécois.
    E cela, en dehors de toute idéologie partisane.

    Merci de m'avoir lu.

  • Yves Corbeil - Inscrit 7 mai 2015 06 h 29

    La suite de cette grande étude, quelle sera-t-elle?

    Un meilleur partage ou l'agrandissement du fossé. Ou tout simplement pas de suite comme toujours parce que rien ne sera fait pour changé tout ça, surtout pas sous ce gouvernement.

  • Serge Olivier - Abonné 7 mai 2015 10 h 38

    Du fossé au cratère

    Les riches de plus en plus riches et les plus démunis encore plus pauvres. C’est la classe moyenne qui va disparaitre, tous repose sur la classe moyenne nous n’avons jamais été aussi taxés. Sauf que les riches eux ne paient pratiquement pas impôt. Les multinationaux et les banques réalisent des profils faramineux comme jamais et sont toujours capables de se détourner de l’impôt. Dans un future il va y avoir deux classes dans la société riche ou pauvre. Je rêve d'avoir un pays avec un équilibre social, mais aujourd'hui j'ai l'impression de vivre un cauchemar le gouvernement augmente la facture des contrébuables à tous les niveaux sans se questionner sur comment les pauvres vont payés leurs factures juste Hydro 500 millions de compte en souffrances et le gouv continue a augmenter les tarifs.