Forte croissance des ventes chez Tim Hortons

Le resserrement des dépenses a aidé à réduire le coût des ventes de Tim Hortons à 419,6 millions.
Photo: Chris Young La Presse canadienne Le resserrement des dépenses a aidé à réduire le coût des ventes de Tim Hortons à 419,6 millions.

Toronto — Les ventes de café de torréfaction foncée et de combinés de dîner ont alimenté la croissance des revenus chez Tim Hortons, la société mère de la chaîne de cafés, Restaurant Brands International, ayant réduit ses pertes au premier trimestre grâce à de récentes mesures de réduction des coûts.

Le propriétaire de Tim Hortons et de la chaîne de restauration rapide Burger King a affiché lundi une perte nette de 8,1 millions $US, soit 4 ¢US par action. Le mariage des Timbits et des Whoppers a été conclu à la fin de l’an dernier, de sorte que les données comparables pour la nouvelle entité n’existent pas. Au quatrième trimestre, les activités regroupées ont fait état de dépenses liées à leur fusion ainsi que d’une perte de 514,2 millions, ce qui tenait compte du licenciement de 350 personnes ainsi que d’autres dépenses.

Du côté de Tim Hortons, les ventes des restaurants ouverts depuis au moins un an ont grimpé de 5,3 %. Selon le chef de la direction Daniel Schwartz, cette croissance est l’une des meilleures de Tim Hortons en plusieurs années. « Ce n’est que le résultat d’une exécution constante et de très bonnes activités », a-t-il noté lors d’un entretien téléphonique.

Le resserrement des dépenses a aidé à réduire le coût des ventes de Tim Hortons à 419,6 millions, comparativement à une estimation de 426,3 millions pour le même trimestre l’an dernier, si le regroupement avait existé.

Selon M. Schwartz, qui était le chef de la direction de Burger King avant la prise de contrôle de Tim Hortons, la chaîne de cafés canadienne devrait se concentrer sur les initiatives qui ont été couronnées de succès par le passé pour trouver de nouvelles occasions de croissance. « La meilleure façon de conserver notre avance est de constamment demander à nos clients et à nos invités ce qu’ils veulent, d’écouter leurs suggestions et d’innover, a-t-il affirmé. Vous allez nous voir continuer à faire les choses que nous avons fait par le passé — lancer de très bons produits, offrir à nos invités une très bonne valeur et exploiter de très bons restaurants. »

En excluant certains facteurs, le bénéfice net ajusté s’est établi à 83,6 millions, soit 18 ¢US par action.

Restaurant Brands a affiché des revenus totaux de 932 millions pour le trimestre clos le 31 mars, un chiffre essentiellement semblable à celui qui aurait été observé si les deux entreprises avaient été regroupées à la même période l’an dernier. L’amélioration des ventes chez Tim Hortons a été contrebalancée par les fluctuations des taux de change. La société a réalisé un chiffre d’affaires de 682,4 millions, en baisse de 8,3 millions, soit 1,2 %, par rapport à l’an dernier. Si la valeur du dollar américain avait été constante, les revenus auraient affiché une hausse de 11 % cette année, a calculé Restaurant Brands.

Les revenus de Burger King ont progressé à 249,6 millions, ce qui a contrebalancé le déclin chez Tim Hortons. Les ventes des restaurants ouverts depuis au moins un an ont grimpé de 4,6 % par rapport au premier trimestre de 2014.

Restaurant Brands a en outre annoncé un dividende de 10 ¢US par action ordinaire, qui sera versé le 3 juillet, par rapport à celui de 9 ¢US par action du premier trimestre de cette année.