Harper cible les familles et les aînés

Les aînés sont les principaux gagnants de ce jeu de séduction, même s’ils devront, dans le cas de bien des promesses, attendre jusqu’en 2016 pour voir le gouvernement passer de la parole aux actes.
Photo: Annik MH de Carufel Le Devoir Les aînés sont les principaux gagnants de ce jeu de séduction, même s’ils devront, dans le cas de bien des promesses, attendre jusqu’en 2016 pour voir le gouvernement passer de la parole aux actes.

Stephen Harper reprend de plus belle le flirt entamé à l’automne auprès des familles et des aînés canadiens : c’est tout un ensemble de mesures destinées à plaire à cet électorat stratégique qu’a révélé mardi le gouvernement conservateur dans son budget 2015.

Les aînés sont les principaux gagnants de ce jeu de séduction, même s’ils devront, dans le cas de bien des promesses, attendre jusqu’en 2016 pour voir le gouvernement passer de la parole aux actes. Les familles ne sont pas en reste, les engagements d’Ottawa représentant quelque 4,6 milliards de dollars en prestations et allégements fiscaux en tous genres. Reste à savoir ce qui se concrétisera réellement.

Le gouvernement s’engage à revoir dès maintenant la formule qui sert à calculer les montants devant être retirés du fonds enregistré de revenu de retraite (FERR), même s’il maintient à 71 ans l’âge à partir duquel les REER doivent être convertis en FERR.

Concrètement, cela signifie que les contribuables de 71 ans et plus pourront conserver pendant plus longtemps leur argent dans un FERR, afin de « réduire le risque qu’une personne épuise ses épargnes de son vivant », note le gouvernement. Cette mesure a également comme effet de réduire le taux d’imposition de ces personnes âgées.

Autre fleur : le ministre des Finances Joe Oliver fera passer, à compter de janvier prochain, de six semaines à six mois la durée des prestations d’assurance-emploi destinées aux proches aidants de personnes gravement malades. Le coût de cette mesure est estimé à 37 millions de dollars.

Les aînés et les handicapés pourront de plus profiter d’un nouveau crédit d’impôt pouvant atteindre 1500 $ pour des rénovations telles que l’installation d’un ascenseur ou d’une rampe d’accès, afin de rendre une résidence plus accessible et sécuritaire.

Plus de prêts et bourses

Deux mesures modestes d’appui financier profiteront à un peu moins de 130 000 étudiants. De 2016 à 2020, les prestataires du Programme canadien de prêts aux étudiants ne seront pas pénalisés s’ils touchent un salaire, et l’admissibilité aux bourses canadiennes pour étudiants sera étendue aux programmes de courte durée, des engagements totalisant 75 millions par an.

De la flopée de promesses adressées aux familles depuis l’arrivée des conservateurs au pouvoir, certaines continuent d’être repoussées, d’une année à l’autre. C’est le cas du crédit d’impôt pour la condition physique des enfants, que Stephen Harper a garanti d’étendre aux adultes, en 2011. Joe Olivier promet maintenant de confier la question à un groupe d’experts, dont les conclusions « orienteront les mesures que le gouvernement prendra dans l’avenir ». Une façon de « tabletter » cette promesse ? « Bien, je pense que c’est assez clair », a répondu, sourire aux lèvres, le ministre des Finances.

Le CELI bonifié

À cela s’ajoutent de nombreuses autres mesures qui avaient été annoncées à l’automne par les conservateurs, qui se présentent avec beaucoup plus d’insistance qu’avant comme le parti des familles « ordinaires ».

Le compte d’épargne libre d’impôt (CELI) voit comme prévu son plafond passer de 5500 $ à 10 000 $ par personne, et ce, dès maintenant. Les cotisations à un CELI ne sont pas déductibles d’impôt, mais les revenus de placement gagnés dans un CELI et les montants qui en sont retirés ne seront pas imposés.

Comme d’autres mesures, telles que le fractionnement du revenu, celle-ci bénéficiera avant tout aux Canadiens à revenus élevés et aux aînés. Des 1,9 million de particuliers qui avaient versé le montant maximal à leur CELI en 2013, 70 % avaient plus de 55 ans, et près de la moitié avaient passé l’âge de la retraite.

Ottawa renouvelle également son intention de réduire le taux de cotisation d’assurance-emploi des Canadiens en 2017.

10 000 $
Le nouveau plafond pour le compte d'épargne libre d'impôt (CELI), par personne