L’aide aux pays les plus pauvres a diminué en 2014

Paris — L’aide globale au développement des pays riches est restée stable en 2014 mais l’apport aux pays les moins avancés a une nouvelle fois baissé, selon des chiffres publiés mercredi par l’OCDE.

Les apports nets d’aide publique au développement (APD), effectués par près d’une trentaine de pays membres de l’OCDE regroupés dans le Comité d’aide au développement (CAD), ont atteint 135,2 milliards de dollars, à égalité avec le record déjà enregistré en 2013, a indiqué dans un communiqué l’Organisation de coopération et de développement économiques basée à Paris. Un signe encourageant pour le secrétaire général de l’OCDE, Angel Gurría, qui salue ce niveau record de l’aide au développement, « alors que les pays donateurs sortent à peine de la plus grave crise économique » connue.

Néanmoins, en 2014 l’aide bilatérale aux pays les moins avancés a reculé de 16 %, atteignant 25 milliards, selon les données provisoires du CAD, l’instance de l’OCDE en charge de ce dossier. « Une grande partie de ce repli s’explique par le niveau exceptionnellement élevé de l’allégement de dette consenti au Myanmar (Birmanie) en 2013 », relativise l’OCDE. En outre, « même sans tenir compte des allégements de dette, l’APD aux pays les plus démunis a diminué de 8 % », ajoute-t-il.

Sur les 28 pays membres du CAD, cinq [le Danemark, le Luxembourg, la Norvège, le Royaume-Uni et la Suède] ont encore dépassé l’objectif des Nations Unies visant à consacrer 0,7 % du revenu national brut à l’APD.

Le défi pour l’OCDE dès 2015, souligne M. Gurría, sera donc « de trouver les moyens d’acheminer une plus grande partie de cette aide vers les pays qui en ont le plus besoin ».

Le mauvais élève

Le Canada fait figure de mauvais élève puisque, selon le classement de l’OCDE, le pays n’a consacré que 0,24 % de son revenu national brut (RNB) à l’aide au développement en 2014 comparativement à 0,27 % l’année précédente. Selon l’organisation Oxfam, ces chiffres démontrent l’absence de volonté du gouvernement Harper d’aider à réduire la pauvreté à l’échelle internationale.