Couche-Tard étend sa présence en Europe

Brian Hannasch, chef de la direction
Photo: Hannah Yoon La Presse canadienne Brian Hannasch, chef de la direction

Alimentation Couche-Tard a annoncé mardi la poursuite de son expansion dans le nord de l’Europe, tandis que le bénéfice net de la chaîne de dépanneurs bondissait de 36 % au troisième trimestre.

La société établie à Laval a indiqué jeudi s’être entendue pour racheter les activités de commerce de détail, de carburant commercial et d’aviation de Shell au Danemark, pour un prix non dévoilé. Couche-Tard va quasiment doubler sa présence au Danemark grâce à cette acquisition de 315 établissements de détail, incluant 225 stations-service, ainsi que des activités d’aviation d’affaires dans sept aéroports danois.

Des analystes ont estimé que cette entente pouvait valoir jusqu’à 600 millions $US.

Selon le chef de la direction, Brian Hannasch, l’entente avec Shell représente une nouvelle étape dans l’engagement pris par Couche-Tard en 2012, à l’effet que son acquisition de Statoil Fuel Retail serait utilisée comme une plateforme pour sa croissance en Europe. Des analystes croient que Couche-Tard obtiendra d’autres occasions d’acquisition puisque les grands producteurs de pétrole et de gaz naturel commencent à vendre des actifs en Europe, tout comme ils l’ont fait au cours de la dernière décennie aux États-Unis.

Cette entente en Europe survient au lendemain de la conclusion de la plus grande acquisition jamais réalisée par Couche-Tard aux États-Unis, soit celle des 1500 établissements de The Pantry, répartis dans 13 États, au coût de 1,7 milliard $US.

Selon Couche-Tard, l’entente avec Shell devrait être conclue dans la deuxième moitié de son exercice 2016.

Résultats en hausse

Alimentation Couche-Tard a par ailleurs indiqué mardi que son bénéfice avait progressé à 248,1 millions $US, soit 44 ¢US par action, pour son troisième trimestre, ce qu’elle a attribué à de meilleures marges sur ses ventes d’essence et à la croissance des ventes dans ses dépanneurs ouverts depuis au moins un an aux États-Unis. En comparaison, elle avait engrangé un bénéfice de 182,3 millions, ou 32 ¢US par action, à la même dernière un an plus tôt. Les revenus ont totalisé 9,1 milliards, en baisse par rapport à ceux de 11,1 milliards l’année précédente.

En excluant les éléments non récurrents, notamment les fluctuations des devises et les obligations liées aux régimes de retraite, le bénéfice ajusté de Couche-Tard a avancé à 289 millions, ou 51 ¢US par action, en hausse par rapport à 175 millions, ou 31 ¢US par action, lors du même trimestre l’année précédente.