Le «Toronto Star» mise sur la tablette pour élargir son lectorat

Torstar espère que sa nouvelle application destinée aux tablettes attirera les jeunes lecteurs vers le Toronto Star, confronté à une diminution constante de ses revenus tirés de la publicité imprimée.

« Nous croyons que cette nouvelle application va élargir notre audience et attirer un lectorat plus jeune dans un environnement qui plaira aux annonceurs », a expliqué son éditeur, John Cruickshank, mercredi.

Au cours d’une conférence téléphonique destinée aux analystes, M. Cruickshank a expliqué que le lancement de cette application, développée en collaboration avec le quotidien La Presse, aurait lieu comme prévu au printemps. Le plus important quotidien au pays s’est dit encouragé par le succès de La Presse +, développée au coût d’environ 40 millions. L’utilisation moyenne de cette application lancée en 2013 est d’environ 45 minutes par jour, d’après le quotidien francophone, qui dit avoir été en mesure d’attirer un lectorat plus jeune.

Torstar estime que les dépenses reliées au développement de sa nouvelle application devraient osciller entre 8 et 9 millions cette année. D’autres coûts, principalement reliés au personnel et à l’équipement, devraient toutefois s’ajouter.

La société se demande par ailleurs comment elle dépensera le montant découlant de la vente de sa division des romans à l’eau de rose Harlequin à News Corp l’an dernier. Cette transaction a procuré à Torstar un gain avant impôts de 224,6 millions. « Nous sommes déterminés à injecter ce montant dans nos opérations, a expliqué le président et chef de la direction de l’éditeur, David Holland. Je crois que nous allons devoir être patients. »

Résultats

La performance de Torstar a été relativement stable au quatrième trimestre, où l’éditeur a engrangé des profits de 20,6 millions, ou 26 ¢ par action, soit un résultat semblable à celui de la même période l’an dernier. L’entreprise a indiqué que son chiffre d’affaires sectoriel avait été de 244,9 millions, en recul de 9,8 % par rapport à la période correspondante de 2013, ce qui a été attribué à un recul des revenus publicitaires.

Pour la période de trois mois terminée le 31 décembre dernier, les produits d’exploitation de Torstar ont également fléchi, passant de 259,4 millions à 233,4 millions.

En ce qui a trait à l’exercice, le bénéfice a été de 172,7 millions, ou 2,15 $ par action, comparativement à une perte d’un peu moins de 28 millions, ou 35 ¢ par action, en 2013. Les produits d’exploitation ont été de 858,1 millions, en recul de 8,3 % par rapport à 935,8 millions pour l’exercice précédent.

M. Holland a néanmoins souligné que l’entreprise « continuait à ressentir les effets d’un environnement rempli de défis » du côté de la publicité imprimée. « Les résultats au [quatrième] trimestre ont été plus faibles […] et la baisse des revenus nous incite à accentuer nos efforts du côté des dépenses », a-t-il observé.