L’endettement total dans le monde augmente très rapidement

Paris — La hausse de l’endettement des gouvernements, des ménages, des entreprises et des institutions financières dans le monde est bien plus rapide que la croissance et a quadruplé en sept ans en Chine, selon une étude de McKinsey Global Institute publiée jeudi.

« Plutôt que de réduire leur dette, toutes les principales économies empruntent aujourd’hui davantage par rapport à leur PIB qu’en 2007 », selon les économistes de MGI qui estiment que « cela amène de nouveaux risques pour la stabilité financière et pourrait saper la croissance mondiale ».

En volume, l’endettement a progressé de 57 000 milliards de dollars entre 2007 et 2014 pour frôler les 200 000 milliards. La dette pesait l’an dernier 286 % du PIB mondial, contre 269 % en 2007.

La dette publique a progressé à elle seule de 25 000 milliards et « va continuer à croître dans de nombreux pays, au vu des fondamentaux économiques actuels », selon l’étude.

Selon une projection de McKinsey, l’endettement du gouvernement au Japon, qui détient le record en la matière, va progresser de 234 % à 258 % du PIB entre 2014 et 2019. Celui de la France passera de 104 % à 119 % sur la même période, tandis que la dette publique allemande tombera de 80 % à 68 % de son PIB.

En Chine, la dette globale a explosé sous l’effet des prêts accordés hors du secteur bancaire réglementé (shadow banking) ainsi que de la spéculation immobilière, passant de 7000 milliards de dollars à 28 000 milliards, a calculé McKinsey. « À 282 % du PIB, l’endettement de la Chine est gérable, mais supérieur à celui des États-Unis ou de l’Allemagne », relève l’étude. La dette des entreprises chinoises est particulièrement inquiétante puisqu’elle atteint 125 % du PIB de la deuxième économie mondiale, soit « un des niveaux de dette entrepreneuriale les plus élevés du monde ».

La dette des ménages au niveau mondial atteint également des sommets, même si elle a été réduite depuis 2007 dans certains pays particulièrement frappés par la crise qui a démarré en 2008, dont les États-Unis, le Royaume-Uni, l’Espagne et l’Irlande.

Mais dans d’autres comme l’Australie, le Canada, la Suède ou encore les Pays-Bas, la dette des ménages campe aujourd’hui à des niveaux supérieurs à ceux atteints avant 2008 dans les pays frappés par la crise, souligne McKinsey.

1 commentaire
  • Leclerc Éric - Inscrit 9 février 2015 14 h 29

    La prochaine nouvelle crise financière avant 2020?

    Gouvernements, ménages, pme, individus, tous sans exception, empruntent à tous les jours pour leurs besoins (nourriture, essence, vêtements, etc.). Par nécessité? Par influence?

    La consommation en ligne, essentiellement par carte de crédit, progresse régulièrement à un rythme accéléré, et est l'une sinon, la principale responsable de l'endettement collectif.

    Facile pour les particuliers de se rendre chez n'importe quel syndic de faïllite et faire une proposition de consommateur, pour se libérer de ses dettes et repartir à zéro. Mais il y a aussi un facteur de plus en plus important à notre époque, les biens de consommation ne DURENT PLUS et c'est voulu!