La diversité paie pour les entreprises qui la pratiquent

Selon l'étude de McKinsey Company, plus il y a d’écart entre concurrents en matière de diversité, plus l’avantage que peut en tirer une compagnie est grand.
Photo: Wavebreakmedia Selon l'étude de McKinsey Company, plus il y a d’écart entre concurrents en matière de diversité, plus l’avantage que peut en tirer une compagnie est grand.

La diversité, en matière de représentation des femmes, des minorités ethniques ou autres, est payante pour les entreprises, constate une étude de McKinsey Company.

Les compagnies qui comptent plus de femmes dans leur équipe de direction ont 15 % plus de chances d’enregistrer des performances financières supérieures à celles de leurs concurrentes qui réussissent le moins bien en ce domaine, rapporte la firme de consultants dans une récente étude intitulée : Diversity Matters. Cette prime à la diversité s’élève à 35 % lorsqu’il est question des minorités ethniques. À l’inverse, le quart des entreprises qui réussissent moins bien dans ces deux domaines ont 25 % moins de chances que les autres de connaître un succès supérieur à la moyenne.

Le fait d’avoir des équipes de direction et des conseils d’administration plus diversifiés en matière de genre, d’origines culturelles, de couleur de peau, d’âge ou autres, est notamment un avantage en matière « de recherche de talents, de service à la clientèle, de satisfaction du personnel, et de prise de décision, dans une sorte de cercle vertueux », soulignent les auteurs de l’étude. Cette dernière n’est pas la première à le dire, admettent-ils, mais elle serait l’une des premières à en avoir produit une mesure.

Plus il y a d’écart entre concurrents en matière de diversité, plus l’avantage que peut en tirer une compagnie est grand, constate McKinsey Company qui s’est penché sur le cas de 366 grandes entreprises aux États-Unis, au Canada, au Royaume-Uni et en Amérique latine. On estime, par exemple, que chaque augmentation de 10 % de la présence féminine à la tête d’une compagnie américaine s’accompagne d’une hausse de 0,8 point de pourcentage des bénéfices. Le gain se révèle quatre fois plus élevé (3,5 points) au Royaume-Uni, tellement on y accuse du retard en ce domaine.

Dans tous les cas, il reste beaucoup de progrès à faire, notent les auteurs de l’étude. Certaines industries ont de meilleurs résultats mieux que d’autres en matière de présence féminine ou de diversité ethnique, mais « aucune industrie ni aucune compagnie ne se classent parmi les chefs de file dans les deux domaines ».

Globalement, les femmes ne comptent toujours que pour 16 % des membres des équipes de direction des entreprises aux États-Unis, contre 12 % au Royaume-Uni et 6 % au Brésil. La situation n’est guère plus brillante en matière de représentativité ethnique, 78 % des équipes de direction britanniques ne reflétant pas la composition générale de la population du pays, contre 91 % au Brésil et même 97 % aux États-Unis.

Il n’y a pas de raison de croire que l’avantage que les entreprises peuvent tirer de la diversité se limite à la présence des femmes et des minorités ethniques, précise McKinsey. Tout indique qu’il s’étend aussi à la diversité en matière d’âge, d’orientation sexuelle, de type de parcours professionnels ou encore de degré d’exposition à d’autres cultures.

L’avantage de la diversité

L’ouverture à la différence permet, entre autres choses, d’élargir le bassin d’employés potentiels à une époque où les nations sont aux prises avec une rareté grandissante de main-d’oeuvre, alors que leurs populations comptent de plus en plus de membres d’origines diverses.

Elle aide aussi à mieux comprendre la population en général et les clients en particulier dans une ère où presque la moitié (41 %) des emplois aux États-Unis impliquent « d’importantes interactions humaines », où 80 % des décisions de consommation des ménages britanniques sont prises par les femmes, où les avoirs de la population noire américaine devraient dépasser les 1000 milliards cette année et où les revenus des ménages gais sont presque 80 % plus élevés que la moyenne.

« La diversité renforce aussi l’innovation et la créativité en favorisant une plus grande variété d’approches, de perspectives et d’idée. La recherche a démontré que des groupes diversifiés sont souvent plus performants que les experts. »

Quelques compagnies font de gros efforts pour ouvrir leurs horizons, admettent les auteurs de l’étude. Leurs succès sont toutefois médiocres, notamment parce que leurs dirigeants sont prisonniers de toutes sortes de préjugés culturels et psychologiques souvent inconscients. Le moment ne pourrait pourtant pas être mieux choisi pour faire des progrès du point de vue des entreprises alors que tant de leurs concurrents négligent cet enjeu.