BlackBerry doit se concentrer sur les ventes

Comment se peut-il que les revenus continuent de s’enfoncer ? Cette question brutale n’avait pas nécessairement sa réponse vendredi, mais la direction a reconnu qu’il est temps de se concentrer davantage sur le chiffre d’affaires.


Encore une fois déficitaire, BlackBerry a quand même réussi à dégager son flux de trésorerie positif depuis des lunes, signe que les entrées d’argent sont supérieures à ce qui sort des coffres.
 

Selon le chef de la direction, John Chen, ce flux de trésorerie est une « étape clé » du plan de redressement. « Notre attention se tourne maintenant sur la croissance de notre distribution et l’expansion de nos revenus. »


La perte nette du troisième trimestre s’est chiffrée à 148 millions, comparativement à 207 millions au trimestre précédent et à 4,4 milliards l’an dernier à pareille date.
 
Les revenus ont été de 793 millions, contre 916 millions au trimestre précédent et 1,2 milliard l’an dernier. En seulement 12 mois, la baisse du chiffre d’affaires est de 34%.
 

L’an prochain

En entrevue avec le service télé de l’agence Bloomberg, M. Chen, qui a lancé cette semaine un nouveau modèle qui reprend les caractéristiques du BlackBerry traditionnel, a dit que les revenus recommenceront à augmenter « à un moment donné l’an prochain ».
 

La publication des résultats a eu pour effet de jeter une douche froide sur l’action. À la Bourse de Toronto, le désintérêt soudain pour le titre de BlackBerry s’est traduit par un recul de 9 % vendredi matin. L’activité des chasseurs d’aubaines en cours de journée a entraîné une remontée et l’action a terminé la séance à 11,55 $, en baisse de seulement 1 %.

L’entreprise a vendu 2 millions d’appareils au cours du trimestre. Sur l’ensemble de son chiffre d’affaires, les appareils ont représenté 46 % des ventes, comparativement à 46 % pour sa division service et 8 % pour ses logiciels.

En guise de comparaison, Apple vend plus de 35 millions d’appareils iPhone par période de trois mois.

« BlackBerry est en train de survivre, mais pas comme fabricant d’appareils », a écrit un blogueur spécialisé du site Engadget. L’entreprise a d’ailleurs annoncé vendredi matin qu’elle a bouclé l’acquisition de Secusmart, un spécialiste allemand de la sécurité informatique. En septembre, elle a acheté Movirtu, qui a inventé une façon d’attribuer plusieurs numéros de téléphone à un même appareil.

BlackBerry a lancé le 24 septembre un nouveau téléphone, le Passport, caractérisé par sa taille surdimensionnée, sa forme carrée et une compatibilité avec les applications Android. La réception principalement positive a fait en sorte que deux jours après le lancement, la compagnie a dit avoir reçu 200 000 commandes.

John Chen est arrivé aux commandes de BlackBerry en novembre 2013 alors que l’entreprise venait de traverser une tentative de vente avortée. Une des premières décisions de M. Chen a été de confier une partie de la production des appareils à Foxconn, champion de la sous-traitance qui fabrique également toute la gamme des appareils d’Apple.

Au fil des dernières années, la baisse des revenus et les pertes grandissantes ont forcé la direction à réduire de façon radicale la taille de l’entreprise en licenciant des milliers d’employés. John Chen a cependant affirmé cet été que les licenciements sont terminés. « Nous avons terminé le processus d’avis de restructuration, et la réduction de l’effectif entamée il y a trois ans est maintenant derrière nous », avait-il écrit dans une note diffusée par La Presse canadienne.

Sur le plan géographique, BlackBerry a indiqué dans ses états financiers que l’Amérique du Nord représente maintenant moins de 27 % de ses revenus. L’Europe, le Moyen-Orient et l’Afrique comptent pour 46 %, alors que l’Asie est à 16,4 % et l’Amérique latine, 10,6 %.