Aviation: le nombre de passagers a augmenté de 5% en 2014, selon l’OACI

Le nombre de passagers aériens atteindra les 7,3 milliards en 2034, selon l’Association internationale du transport aérien (IATA).
Photo: Michaël Monnier Le Devoir Le nombre de passagers aériens atteindra les 7,3 milliards en 2034, selon l’Association internationale du transport aérien (IATA).

Les compagnies aériennes ont transporté 3,2 milliards de passagers dans le monde en 2014, soit une hausse d’environ 5 % par rapport à 2013, a indiqué jeudi l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI).

Les compagnies ont effectué un nombre record de vols en 2014, à 33 millions, soit environ 1 million de plus que l’an dernier, a ajouté l’agence spécialisée de l’ONU.

Vers 2030, c’est plus de 6,4 milliards de passagers qui devraient emprunter l’avion, selon les projections actuelles de l’OACI.

Mesurée en termes de revenus par passager et par kilomètre franchi (RPK), la hausse du trafic passager a atteint 5,9 % cette année, contre 5,5 % en 2013, en raison d’une amélioration de la situation économique, a précisé l’OACI. La région Asie-Pacifique est arrivée en tête du marché mondial, avec une part représentant 31 % des RPK, contre 27 % pour l’Europe et 25 % pour l’Amérique du Nord.

Le taux d’occupation des avions est resté toutefois relativement stable à 79,5 % en 2014 par rapport à 2013, malgré une hausse de 5,7 % de l’offre de sièges, selon l’OACI. C’est les transporteurs nord-américains qui ont obtenu les meilleurs taux d’occupation, à 83,5 %, suivis par ceux d’Europe à 80,4 %.

Aussi, l’embellie du commerce international a permis au transport de marchandises de progresser de 4,6 % en 2014, soit un net rebond par rapport à la hausse de 0,4 % enregistrée en 2013.

Projections de l’IATA

En octobre dernier, l’Association internationale du transport aérien (IATA) y allait de ses prévisions à partir du trafic passagers de quelque 4000 paires de pays. Les analystes ont appuyé leurs projections sur trois grands déterminants de la demande, à savoir le trio niveau de vie-population-démographie, le prix et la disponibilité.

Il ressort de cet exercice que le nombre de passagers aériens atteindra les 7,3 milliards en 2034, soit un taux de croissance annuelle moyen de 4,1 %. « Il aura fallu 100 ans à l’aviation civile pour atteindre le cumul de 65 milliards de passagers. Il ne faudra que 20 ans aux prochains 65 milliards pour voler », avait illustré Tony Tyler, directeur général de l’IATA.

Sur l’horizon, la Chine va supplanter les États-Unis pour devenir le principal marché (tel que défini par le trafic intérieur, arrivant et venant de), tous deux dominant la liste des cinq marchés les plus en croissance que viennent compléter l’Inde, l’Indonésie et le Brésil. En 2034, la Chine devrait compter 1,3 milliard de passagers, soit 856 millions de plus que maintenant, comparativement à 1,2 milliard aux États-Unis, soit 559 millions de plus qu’en 2014. On parle d’un taux de croissance annuelle moyen de 5,5 % et de 3,2 % respectivement.

Dans la liste des cinq marchés à plus forte croissance, on retrouve, loin derrière, l’Inde, avec 266 millions de nouveaux passagers par année, l’Indonésie (183 millions) et le Brésil (170 millions). En pourcentage, le continent africain est appelé à abriter huit des dix marchés à plus forte croissance. Et en ce qui a trait aux paires de pays, les destinations entre l’Asie et l’Amérique du Sud afficheront les plus fortes progressions.