Le rouble échappe à tout contrôle

Des employés de bureau au travail dans un édifice de Moscou<br />
 
Photo: Kirill Kudryavtsev Agence France-Presse Des employés de bureau au travail dans un édifice de Moscou
 

La chute vertigineuse de la monnaie russe, à l’origine d’une flambée des prix, a tourné au krach historique lundi, braquant les projecteurs sur le Kremlin à trois jours d’une intervention très attendue de Vladimir Poutine.

Avec un plongeon de 9,5 %, le rouble a connu l’une de ses pires journées depuis la période qui a suivi le placement de la Russie en défaut de paiement en 1998.

« Le rouble échappe à tout contrôle », a résumé Chris Weafer, économiste du cabinet Macro Advisory. « Il est en chute libre, pour un seul motif : la peur. […] Les règles normales de l’économie ne s’appliquent pas et c’est ce qui rend la situation si dangereuse, a-t-il ajouté, interrogé par l’AFP. C’est un test considérable pour le gouvernement, ils n’ont pas d’autre choix que de trouver un moyen de mettre fin à cette chute et à restaurer la confiance. »

La nouvelle chute de la monnaie russe, affaiblie par les sanctions occidentales liées à la crise ukrainienne et la chute des cours du pétrole, signifie qu’elle a perdu depuis le début de l’année 42 % de sa valeur face à l’euro et 49 % face au dollar. La hausse des prix qui en résulte devrait atteindre 11,5 % en un an, selon la banque centrale. Dans la foulée, l’indice RTS de la Bourse de Moscou a plongé de 10 %.

La banque centrale est pourtant intervenue quasi quotidiennement depuis le début du mois pour soutenir le rouble, dépensant au total 5,9 milliards de dollars, sans succès. Sa nouvelle politique introduite le mois dernier — intervenir par surprise lorsque la stabilité financière est menacée — était censée punir les spéculateurs en les prenant de court et limiter les sommes dépensées alors que les réserves de changes du pays ont été dilapidées sans résultat depuis un an.

La Banque de Russie a aussi augmenté son taux directeur à 10,5 % jeudi, près du double de son niveau du début de l’année (5,5 %) pour juguler le mouvement, au risque d’affecter une économie déjà au bord de la récession avec des crédits plus coûteux. Lundi, elle a elle-même dressé un tableau cauchemardesque de l’année à venir pour la Russie lundi, avertissant que le PIB du pays pourrait chuter de 4,5 % à 4,8 % si les prix du pétrole se maintenaient autour de 60 $US le baril, leur niveau actuel.

Pour ensuite faire bondir dans la nuit de lundi à mardi son taux directeur à 17 %, soit une hausse de six points et demi. « La décision a pour but de limiter la considérable dépréciation du rouble », a indiqué dans un communiqué la banque centrale russe.

« Si on entre dans une spirale où on a l’impression que tout va mal et que l’économie s’effondre, aucune action de la banque centrale ne stabilisera la situation », a jugé dans une tribune du quotidien des affaires Vedomosti, Maxime Bouïev, professeur à la Faculté d’Économie de l’Université européenne de Saint-Pétersbourg. « Le gouvernement doit proposer un plan clair de réformes », a-t-il ajouté.

Pression

La pression se renforce donc sur Vladimir Poutine qui donne jeudi sa grande conférence de presse annuelle. Le président russe bénéficie d’une popularité record depuis l’annexion de la Crimée, mais la population se montre de plus en plus pessimiste quant à l’évolution de son niveau de vie. La mairie de Moscou a ainsi haussé le ton lundi après avoir constaté que des magasins fixaient désormais leurs prix en devises, et averti que cette pratique serait sanctionnée par de lourdes amendes.

Pour soutenir l’économie, le président a annoncé un moratoire fiscal de deux ans pour les entreprises nouvellement créées et une amnistie pour les capitaux qui reviendraient en Russie, promettant que leur origine ne poserait pas de problème. Mais ces mesures ont été accueillies avec beaucoup de scepticisme et semblent désormais dérisoires au vu du marasme qui s’annonce.

Pour le cabinet Capital Economics, « la nouvelle forte chute du rouble va alimenter les conjectures sur le fait que les autorités pourraient avoir recours à des mesures de moins en moins orthodoxes pour stabiliser la monnaie, y compris des contrôles de capitaux », mesure pour l’instant rejetée qui, selon ces experts, « ruinerait toute crédibilité de la Russie sur les marchés internationaux ».

De son côté, le premier ministre, Dmitri Medvedev, a appelé la semaine dernière les Russes à la patience, assurant que le rouble finirait par remonter comme lors des crises précédentes. « Il est difficile de rester patient et d’espérer que le rebond observé [après la crise] de 2008 se répétera, car la situation a changé radicalement », a jugé lundi le journal Nezavissimaïa Gazeta, citant les sanctions occidentales.

Le chef du gouvernement semble davantage se préoccuper de maintenir la stabilité budgétaire du pays, menacée par la chute de près de moitié des prix du pétrole. Selon le journal Vedomosti, il a demandé aux ministères de réduire de 10 % les dépenses budgétaires prévues l’an prochain. « Une réduction de cette amplitude pourrait être difficile à atteindre sans des coupes dans les dépenses de défense et de sécurité ou une refonte du système de retraites, plus difficile politiquement », ont mis en garde les analystes de la banque russe VTB Capital.

1 commentaire
  • gaétan gagné - Inscrit 17 décembre 2014 02 h 49

    roubles

    au premier aout 2013 le dollar canadien valait environ 33 roubles
    le 15 decembre 2014 ,le dollar hier valait 65 roubles....pres de 100% d inflation....les Etats-Unis et l europe (avec le canada qui suis en arriere....) tristement va nous conduire a un affrontement avec la russie.....Bon....je m arrete ici car, je ne veux pas m imaginer la suite...........Quel tristesse d etre gerer et controler par les banques et nos chers Psychopathes politiciens*
    Passez de belle Fete *