Rona reprend son expansion à l’extérieur du Québec

Rona a enregistré un bénéfice net de 38 millions au troisième trimestre.
Photo: Ryan Remiorz La Presse canadienne Rona a enregistré un bénéfice net de 38 millions au troisième trimestre.

Un an et demi après avoir fermé plus de dix magasins pour resserrer ses coûts, Rona estime avoir suffisamment redressé sa situation pour procéder à une nouvelle expansion hors Québec au début de 2015.

L’entreprise de Boucherville va mettre à profit des bâtiments dont elle dispose déjà pour ouvrir des succursales Réno-Dépôt dans le nord de Calgary et à Aurora, en Ontario.

« Nous étudions aussi d’autres occasions dans certaines régions au sein desquelles nous devons protéger et renforcer notre part de marché, ou dont le potentiel de forte croissance et de rendement justifie un investissement », a dit le président de Rona, Robert Sawyer, recruté l’an dernier pour piloter la restructuration après un parcours de 30 ans chez Metro qui a été ponctué par l’achat de la chaîne A & P pour 1,7 milliard.

« Nous sommes fébriles. C’est de l’expansion. De l’expansion disciplinée », a ajouté M. Sawyer lors d’une conférence téléphonique avec des analystes financiers en marge de la publication des résultats trimestriels.

Les deux magasins seront situés dans les bâtiments qui abritaient autrefois des magasins de l’entreprise. Celui de Calgary est fermé depuis deux ans alors que celui d’Aurora a été fermé l’an dernier. Ils seront un peu plus petits que ce que permettrait l’espace.

Rona émerge d’un épisode de réorganisation marqué notamment par la rénovation complète de ses 16 succursales Réno-Dépôt au Québec, une opération visant à améliorer l’approvisionnement et à mieux répondre aux besoins des entrepreneurs. De manière plus générale, elle a lancé l’an dernier un redressement qui lui a permis d’économiser 110 millions par année.

La société, qui exploite plus de 500 magasins franchisés et corporatifs, a enregistré un bénéfice net de 38 millions au troisième trimestre, comparativement à 30 millions l’an dernier. Sur neuf mois, le bénéfice s’élève à 63,5 millions, alors que la compagnie avait perdu 45 millions pendant la même période en 2013.

Le chiffre d’affaires sur trois mois a atteint 1,17 milliard, en baisse de 2 millions de dollars.

Rona n’a pas fourni de détails mardi concernant la part du marché qu’elle occupe au Canada, mais elle avait indiqué en 2013 qu’elle se situait alors à 19 %.

« L’Alberta, en fait l’Ouest canadien est pour nous le meilleur environnement à l’heure actuelle,a dit M. Sawyer. Le Québec et les Maritimes forment la région la plus difficile. Je ne dis pas que c’est très mauvais, mais c’est stressant. À cause de l’économie, des mises en chantier, à cause de tout. »

Le Québec au ralenti

L’économie québécoise est « stagnante », selon Rona. Le gouvernement québécois doit bientôt publier une mise à jour économique, mais le ministre des Finances avait prévu cet été une croissance de 1,8 % en 2014 et de 2 % en 2015. Quant aux mises en chantier, elles reculent depuis plusieurs années : le budget Leitao en prévoit 37 500 cette année et 35 700 l’an prochain.

« Au Québec, là où plus de 50 % de nos revenus sont générés, le résultat [des mises en chantier au 3e trimestre] demeure négatif, avec une baisse de 4,0 %, a écrit Rona dans son rapport de gestion. Par contre, la réduction est moins prononcée d’un trimestre à l’autre avec des baisses de 15,5 % et de 12 % au premier et au deuxième trimestre. » À l’échelle pancanadienne, « on observe toujours une importante disparité entre les diverses régions ».

À la Bourse de Toronto, l’action a progressé de 1,4 %, à 13,85 $. Elle a grimpé de 27 % depuis six mois, comparativement à 1,6 % pour l’indice principal de la Bourse.

Nous sommes fébriles. C’est de l’expansion. De l’expansion disciplinée.