La croissance économique a marqué une pause en juillet au Canada

Ottawa — Après avoir progressé pendant six mois de suite, le PIB canadien a pris une pause en juillet, ralenti par une baisse du secteur des mines et de l’énergie, a indiqué mardi Statistique Canada.

Les économistes s’attendaient en moyenne à une croissance économique de 0,2 %, selon les prévisions recueillies par Thomson Reuters. L’agence fédérale a plutôt fait état d’un résultat neutre en juillet, pour faire suite au gain de 0,3 % de juin et à celui de 0,5 % de mai. Par rapport au même mois l’an dernier, l’économie a progressé de 2,5 % en juillet.

« L’économie canadienne s’est sérieusement cogné le gros orteil en juillet », a illustré l’économiste en chef de BMO Marchés des capitaux, Doug Porter. « Même si certains facteurs spéciaux ont pesé dans la balance, certains éléments non récurrents positifs étaient aussi présents, alors il ne faudrait pas sous-estimer cette faiblesse. »

Le résultat stable d’un mois à l’autre survient alors que les secteurs manufacturier et public ont affiché des gains en juillet. La production manufacturière a grimpé de 1 %. Le secteur public a progressé de 0,5 %.

Selon Randall Bartlett, économiste principal à la Banque TD, la faiblesse inattendue des données de juillet pourrait faire en sorte que la croissance annuelle du troisième trimestre soit inférieure à la prévision de 3 % faite par son institution. Mais l’économiste ne croit pas pour autant qu’elle signale un retour à des taux de croissance inférieurs. « Non seulement la production des industries primaires est notoirement volatile sur une base mensuelle, mais plusieurs des facteurs qui ont contribué à l’élan récent de l’économie canadienne, notamment la demande croissante des États-Unis pour les exportations, restent en place », a écrit M. Bartlett dans une note à ses clients.