BlackBerry est satisfaite du succès de son téléphone intelligent Passport

Le nouvel appareil sur lequel BlackBerry fonde ses espoirs s’est écoulé à plus de 200 000 exemplaires depuis son lancement, un niveau d’activité qui réjouit l’entreprise dans la mesure où elle émerge d’une période particulièrement turbulente de son histoire.

Le président de la compagnie, John Chen, a précisé lors d’une conférence téléphonique qu’à 599 $ aux États-Unis et 699 $ au Canada, le Passport « est un appareil rentable, ce que je mentionne parce que beaucoup de monde me pose la question ».

BlackBerry, qui a licencié des milliers de personnes au fil des ans et offert en impartition une partie de sa fabrication, a subi une perte nette de 207 millions au cours du deuxième trimestre. La saignée est beaucoup moins douloureuse que celle de 965 millions à pareille date l’an dernier.

Le chiffre d’affaires s’est arrêté à 916 millions, comparativement à 955 millions au cours du premier trimestre et 1,6 milliard l’an dernier. « Nous avons presque touché le creux des revenus »,a dit M. Chen. Quant à son service de messagerie privée, il compte maintenant 91 millions d’usagers, en hausse de 6 millions sur trois mois.

« Nous avons livré un trimestre solide […] et pensons pouvoir renouer avec un flux de trésorerie positif d’ici la fin de l’année fiscale »,a dit M. Chen en faisant référence à cette mesure de l’argent qui entre et qui sort d’une entreprise. « La restructuration de notre effectif est maintenant terminée et nous nous concentrons sur la croissance des revenus […] en route vers des profits l’an prochain. »

« Nous sommes dans la première moitié de ce que j’appelle nos huit trimestres de redressement »,a dit M. Chen aux analystes financiers. Il a pris les commandes de la compagnie en novembre 2013 après une opération dans le cadre de laquelle BlackBerry a tenté de se vendre, mais sans succès. En un an, la compagnie a réduit de moitié ses dépenses d’exploitation.

Environ 40 % des revenus viennent de l’Europe, du Moyen-Orient et de l’Afrique, comparativement à 32 % en Amérique du Nord. La part nord-américaine est en progression constante depuis quelques années. L’Amérique du Sud et l’Asie comptent pour 27 % du chiffre d’affaires.

BlackBerry, dont la part de marché dans le monde se situe sous le seuil de 1 %, a doublé sa mise sur la clientèle d’affaires cette semaine en présentant un téléphone destiné à des « professionnels mobiles ». Outre la vente de téléphones, l’entreprise mise sur le développement de son secteur de logiciels, qui inclut maintenant le service Blend, permettant à divers appareils de partager les mêmes fichiers.

Le lancement du Passport est survenu quelques jours après celui du iPhone 6. Apple a indiqué le 22 septembre que son nouvel appareil s’est écoulé à plus de 10 millions d’exemplaires en trois jours.

M. Chen a dit que sur le site Internet de BlackBerry, qui vend des appareils libres de toute obligation contractuelle avec un fournisseur, il n’a fallu que six heures pour tout écouler, comparativement à 10 heures pour le site d’Amazon.

Au cours de la période de trois mois terminée le 30 août, BlackBerry a livré à des clients un total de 2,4 millions d’appareils.

Les investisseurs ont bien réagi aux informations financières publiées vendredi. L’action de BlackBerry a pris 5 % à 11,44 $. Depuis le début de 2014, le titre a progressé de 45 %, comparativement à environ 10 % pour l’indice général de la Bourse de Toronto.