L’Argentine rembourse 3 milliards

L’Argentine, en pleine bataille judiciaire avec des fonds spéculatifs, a annoncé avoir remboursé vendredi une dette de 3 milliards $US à des organismes multilatéraux comme la Banque mondiale ou la Banque interaméricaine de développement.

 

Pour effectuer le paiement de 3,043 milliards $US, Buenos Aires a puisé dans ses réserves de devises, a précisé le gouvernement. Cette transaction intervient alors que l’Argentine livre aux États-Unis une bataille judiciaire contre des fonds spéculatifs qui a conduit au blocage de 539 millions de dollars de remboursements de Buenos Aires à ses créanciers privés restructurés. L’Argentine n’a pas pu honorer ce remboursement de 539 millions dû au 30 juillet à cause d’une décision d’un juge américain, Thomas Griesa, qui l’oblige à payer d’abord 1,3 milliard de dollars à NML et Aurelius, deux fonds « vautours » spécialisés dans le rachat de dettes à risque.

 

Mercredi, les négociations pour le rachat par un groupe de banques (JPMorgan Chase, Citigroup, HSBC, Deutsche Bank) de cette créance de 1,3 milliard de dollars due par l’Argentine à des fonds « vautours » ont échoué.

 

La présidente argentine, Cristina Kirchner, a annoncé avoir engagé une procédure judiciaire contre l’entreprise américaine Donnelley, appartenant à l’un de ces fonds (NML), dans la cadre de la « loi [argentine] antiterroriste ». L’Argentine soupçonne Donnelley, une imprimerie qui a licencié ses 400 salariés, de « faillite frauduleuse » et l’accuse de « vouloir semer la panique » et « d’altérer l’ordre économique et créer de l’inquiétude dans la population » alors que l’économie argentine est en difficulté.