Le signal sans fil plus fort sera déployé d’ici la fin de 2015

De passage à Montréal, Georges Cope, président de Bell Canada, s’est dit « extrêmement optimiste au regard des perspectives de croissance pour l’industrie du sans-fil ».
Photo: - Le Devoir De passage à Montréal, Georges Cope, président de Bell Canada, s’est dit « extrêmement optimiste au regard des perspectives de croissance pour l’industrie du sans-fil ».

Les blocs de spectre de 700 MHz que Bell Canada a payés 565 millions lors des enchères d’Industrie Canada seront mis en service graduellement d’ici la fin de l’an prochain.

 

De passage à Montréal, le président de Bell Canada a indiqué hier que l’entreprise va publier sous peu la liste des marchés qui bénéficieront d’un signal sans fil amélioré.

 

« On a déjà commencé le déploiement, mais nous annoncerons d’ici environ un mois toutes les villes qui y auront accès cette année et l’an prochain », a dit George Cope en marge d’un discours prononcé devant les membres du Cercle canadien de Montréal.

 

Les enchères de spectre de 700 MHz ont rapporté 5,27 milliards au gouvernement fédéral. Ce spectre a généré beaucoup d’intérêt chez les fournisseurs de service sans fil en raison de sa capacité à naviguer plus aisément dans les tunnels, en milieu densément construit et dans les ascenseurs.

 

Lors des résultats du 19 février, Ottawa a indiqué que Rogers en avait acheté pour 3,2 milliards, comparativement à 1,1 milliard pour Telus. La surprise est venue de Vidéotron, qui a misé 233 millions notamment pour des blocs situés en Alberta, en Ontario et en Colombie-Britannique.

 

« Je suis extrêmement optimiste au regard des perspectives de croissance pour l’industrie du sans-fil », a dit M. Cope. « L’industrie dans son ensemble a enregistré une croissance des revenus de 4 à 5 % l’an dernier. Je pense que la technologie LTE [une norme de communication de 4e génération], avec le bloc de 700 MHz, va accélérer la croissance. »

 

L’augmentation de capacité du réseau de Bell, comme c’est le cas chez les concurrents, revêt une importance capitale en raison des contenus qui peuvent être consommés à domicile et ailleurs sur toute une déclinaison d’appareils mobiles et de tablettes.

 

M. Cope, qui était président de Telus jusqu’en 2005, a notamment fait valoir l’importance que prendra l’accès sans fil pour toute une gamme d’appareils du quotidien, un phénomène communément appelé « Internet des objets ».

 

Le président de Bell a rappelé que l’entreprise a vu son marché traditionnel — la ligne téléphonique résidentielle — s’étioler de 2007 à 2013. Sur cette période, les revenus de Bell dans ce créneau ont reculé de 1,6 milliard.

 

Cette période a été marquée par la concurrence des nouveaux joueurs comme Vidéotron et, ailleurs au pays, des câblodistributeurs comme Shaw et Rogers.

À voir en vidéo