CGI entrevoit des occasions de croissance en Europe

La firme de services en technologies de l’information CGI entrevoit davantage d’occasions pour accroître la rentabilité de ses activités récemment acquises en Europe, dont la solide performance au deuxième trimestre a contrebalancé la pression en partie née de la fin de son implication dans le site Web d’Obamacare, aux États-Unis.

 

« Cela prendra du temps, mais nous sommes convaincus que les gestes posés au cours des 12 premiers mois ont jeté les fondations qui nous permettront de hisser l’entreprise à un niveau de performance plus constant et plus élevé avec le temps », a affirmé mercredi le président et chef de la direction de CGI, Michael Roach, durant une conférence téléphonique.

 

Au deuxième trimestre son bénéfice net a plus que doublé pour atteindre 230,9 millions, ou 73 ¢ par action. Ce résultat se compare à celui de 114,2 millions, ou 36 ¢ par action, réalisé lors de la même période il y a un an. Abstraction faite des éléments non récurrents, parmi lesquels les frais d’intégration ayant résulté de l’acquisition de Logica, CGI a enregistré un bénéfice net ajusté de 229,6 millions, en hausse de plus de 30 % par rapport à celui de 175,9 millions de la même période un an auparavant. Par action, le bénéfice net ajusté a été 72 ¢, contre 56 ¢. Les revenus de CGI ont totalisé 2,7 milliards en hausse de 7 % par rapport au deuxième trimestre de 2013.

 

Au cours du deuxième trimestre, CGI a signé des ententes d’une valeur de 2,9 milliards, dont 40 % en nouveaux contrats, la valeur totale des contrats signés au cours des 12 derniers mois ayant atteint 10,9 milliards. Le carnet de commandes totalisait 19,5 milliards à la fin de mars, en hausse de 1,5 milliard par rapport à il y a un an.

À voir en vidéo