L’arrivée du bitcoin suscite un appel à la prudence

Fadi Azouz, le propriétaire du guichet du boulevard Saint-Laurent qui permet d’acheter des bitcoins en échange d’argent comptant.
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Fadi Azouz, le propriétaire du guichet du boulevard Saint-Laurent qui permet d’acheter des bitcoins en échange d’argent comptant.

Coïncidence ou pas, l’annonce d’un premier guichet Bitcoin à Montréal a été suivie hier d’un avis de l’Autorité des marchés financiers (AMF) qui promet de surveiller l’évolution de cette monnaie virtuelle en sol québécois.

 

L’arrivée de cette cryptodevise, qui a vécu des moments d’intense volatilité depuis un an et ne fait l’objet d’aucun encadrement formel de la part des banques centrales, survient trois semaines après l’installation d’un appareil semblable dans un pub du marché By à Ottawa. Il y en a deux autres au Canada.

 

Le guichet permet d’acheter des bitcoins en échange d’argent comptant, transaction à laquelle se greffent des frais d’environ 5 %, lesquels pourraient diminuer « jusqu’à 3 % » au fur et à mesure que les volumes augmentent. L’appareil a été installé à l’« Ambassade Bitcoin », qui se définit comme une « organisation sans but lucratif qui vise à promouvoir et faciliter l’adoption de bitcoin ».

 

Invité à réagir à l’avis de l’AMF, le propriétaire du guichet du boulevard Saint-Laurent, Fadi Azouz, dit avoir fait ses devoirs. « Nous nous conformons à la réglementation, tant celle du Québec que celle chapeautée par le Centre d’analyse des opérations et déclarations financières du Canada », a-t-il dit lors d’un entretien.

 

« Nous avons fait nos vérifications. Nous ne voulons pas de problèmes sur le plan juridique et ne voulons pas faciliter des transactions par des personnes qui voudraient s’en servir à des fins criminelles », a ajouté M. Azouz, dont c’est le premier appareil.

 

M. Azouz veut en implanter d’autres dans le monde et a dit qu’il est en train d’enregistrer une société nommée Vx5 Technologies.

 

Forte croissance

 

Le cours du bitcoin, accepté dans une trentaine de commerces à Vancouver, a augmenté fortement depuis sa création en 2009. À l’automne 2013, il est monté à 1200 $US avant de plonger à 600 $US. Hier, il a terminé la journée à 920 $US sur la plateforme MtGox.

 

« Le guichet est lié à une série de plateformes Bitcoin, a dit Fadi Azouz. Il trouve le meilleur prix, ce à quoi s’ajoute le pourcentage pour la transaction. » Parmi ces plateformes figure MtGox.

 

Selon Coinmap.org, le Grand Montréal compte plus d’une vingtaine d’entreprises qui acceptent ce type de paiement, lequel se fait grâce au téléphone portable.

 

« La mise en place d’un service qui facilite l’achat de bitcoins représente une évolution naturelle dans le développement de notre organisme, a indiqué dans un communiqué le directeur général de l’Ambassade Bitcoin, Guillaume Babin-Tremblay. Montréal devient rapidement une plaque tournante pour Bitcoin, et les Montréalais montrent énormément d’intérêt pour nos services de formation et de développement d’entreprises. »

 

Dans son avis, l’Autorité des marchés financiers a indiqué que « les transactions impliquant la monnaie virtuelle, aussi appelée cryptomonnaie, ne sont pas couvertes par le Fonds d’indemnisation des services financiers ni par le Fonds d’assurance-dépôts ».

 

L’AMF a précisé que l’attention qu’elle portera à l’évolution du bitcoin en sol québécois se fera sur plusieurs volets, « tant du point de vue de la Loi sur les valeurs mobilières et de la Loi sur les instruments dérivés que du point de vue de la Loi sur les entreprises de services monétaires. Si des manquements à l’une de ces lois sont constatés, l’Autorité interviendra ».

 

Un des épisodes controversés a eu lieu en octobre dernier, lorsque les autorités américaines ont arrêté le propriétaire du site Web Silk Road après avoir constaté qu’il s’y faisait du trafic de drogue axé sur les bitcoins.

9 commentaires
  • Michel Vallée - Inscrit 6 février 2014 02 h 00

    De quossé ?

    C'est quoi ça, des ''bitcoins''

    Disons que l'article n'éclaire pas trop...

    Mehr Licht ! Comme disait l’autre…

    • Guy Vanier - Inscrit 6 février 2014 06 h 56

      Allez voir sur votre ordinateur, il y a plein d'information sur le sujet. Je comprends que l'AMF soit excité de cette avancée dans leur plates bandes.
      Les banques ne peuvent contrôler cette nouvelle monnaie pour l'instant, à voir.

  • Michel Thériault - Abonné 6 février 2014 07 h 40

    Monnaie électronique

    Wikipedia :

    "Bitcoin est une monnaie électronique distribuée (crypto-monnaie). Elle permet le transfert d'unités appelées bitcoins à travers le réseau Internet. Les bitcoins ainsi échangés ont vocation à être utilisés en tant que devise monétaire et comme moyen de paiement dans cette devise.

    Conçu en 2009, le protocole a été implémenté pour la première fois par un logiciel écrit en C++ et publié sous licence libre MIT. Le système a recours à des procédés cryptographiques afin de décentraliser la gestion de la monnaie et ainsi de ne pas dépendre de l'intégrité ou de la compétence d'un émetteur central.

    ...contrairement aux autres devises monétaires, bitcoin n'est pas l'incarnation de l'autorité d'un État, d'une banque ou d'une entreprise. La valeur du bitcoin est déterminée de façon entièrement flottante par l'usage économique qui en est fait et par le marché des changes."

    Description complète ici: http://fr.wikipedia.org/wiki/Bitcoin

  • Ancien Detenu - Inscrit 6 février 2014 08 h 21

    Anonyme

    C'est un bon moyen pour payer des choses de façon anonyme, comme de l'argent comptant sauf qu'on peut s'en servir sur Internet. Pratique quand on ne veut pas laisser de traces.

  • François Dugal - Inscrit 6 février 2014 08 h 46

    Événement majeur

    Une monnaie qui n'est pas contrôlée par une banque centrale: voilà l'événement majeur de notre siècle économique.
    Disons un gros merci à la toile et à ses esprits inventifs.

  • Fernande Cordeau - Inscrite 6 février 2014 09 h 59

    Bitcoins versus Visa

    Je crois comprendre que çà servira à faire des achats et pour payer en lieu et place de la carte de crédit,mais l'argent est déjà avancé,je ne vois pas où est l'avantage si ce n'est que pour faire des transactions illégales

    • Marc-André Disnard - Abonné 6 février 2014 10 h 39

      Transactions illégales, oui sans doute, comme c'est de toute façon le cas avec l'argent papier.

      Mais l'avantage est surtout de pouvoir contourner le monopole Visa/MasterCard et les valeurs morales très américaines qu'il impose à la Terre entière (dons bloqués à WikiLeaks, par exemple).