Les firmes d’ingénierie SNC-Lavalin et WSP Global reçoivent le feu vert de l’AMF

L'AMF a autorisé mercredi SNC-Lavalin (TSX:SNC) à contracter avec des organismes publics dans la province de Québec.
Photo: Jacques Nadeau - Archives Le Devoir L'AMF a autorisé mercredi SNC-Lavalin (TSX:SNC) à contracter avec des organismes publics dans la province de Québec.
SNC-Lavalin et WSP Global, deux des plus importantes firmes d’ingénierie du Québec, minées par diverses allégations entourant des histoires de corruption et de fraude, sont maintenant autorisées à miser sur des contrats publics à travers la province.

L’Autorité des marchés financiers (AMF) a annoncé mercredi leur avoir donné le feu vert, à la suite de plusieurs mois d’enquête.

SNC et WSP ont montré patte blanche auprès de l’unité anticorruption de la province et ont fait en sorte que toutes les personnes associées aux pratiques répréhensibles soupçonnées aient quitté les deux firmes.

«Ces entreprises ont mis en place des mesures de gouvernance et de très solides mécanismes de contrôle interne pour prévenir la fraude et la corruption», a affirmé le porte-parole de l’AMF, Sylvain Théberge.

Depuis décembre 2012, l’autorisation de l’AMF est requise avant que des entreprises puissent obtenir ou renouveler des contrats ou des sous-contrats publics au Québec.

Cette autorisation, valide pour trois ans, est nécessaire pour les contrats publics d’une valeur de plus de 10 millions $ ou pour les contrats de plus de 100 000 $ octroyés par la Ville de Montréal.

SNC et WSP — anciennement connue sous le nom de Genivar —, ont été éclaboussées notamment lors des audiences de la commission Charbonneau, qui enquête sur l’industrie de la construction.

SNC-Lavalin, qui emploie plus de 6400 personnes au Québec, a applaudi la décision de l’AMF, rendue à la suite des efforts déployés au cours des deux dernières années afin d’établir un cadre d’éthique et de conformité dans toute l’organisation.

Une «nouvelle ère»

«Je crois qu’avec cette certification, SNC-Lavalin vient de franchir une étape importante dans son objectif de devenir un modèle d’excellence en matière d’éthique et de conformité dans l’industrie», a affirmé le président et chef de la direction du Groupe SNC-Lavalin, Robert Card, par voie de communiqué de presse.

«C’est le début d’une nouvelle ère pour SNC-Lavalin», a-t-il ajouté.

La firme montréalaise a également réitéré s’être engagée à travailler avec le gouvernement du Québec pour parvenir à un «règlement global, final et équitable».

De son côté, WSP a fait part de son intention de faire des offres dans l’espoir d’obtenir d’importants contrats, incluant celui du nouveau pont Champlain à Montréal.

WSP compte approximativement 15 000 employés répartis dans 35 pays.

Par ailleurs, l’Association des ingénieurs-conseils du Québec (AICQ) a estimé que les autorisations de conclure des contrats publics accordées par l’AMF à des firmes de génie-conseil, dont les plus récentes à SNC et WSP, confirmaient «le redressement des pratiques» et démontraient que «les changements majeurs en cours dans l’industrie portent leurs fruits».

«Tout le secteur du génie-conseil au Québec a clairement entrepris une vaste réforme et les résultats sont probants. Même les firmes qui avaient déjà des façons de faire irréprochables avant l’entrée en vigueur de la loi sont amenées à réévaluer les risques et à améliorer leurs pratiques», a affirmé la présidente-directrice générale de l’AICQ, Johanne Desrochers, dans un communiqué.

À la Bourse de Montréal, mercredi, les actions de SNC-Lavalin ont clôturé à 46,53 $, en hausse de 83 cents, tandis que celles de WSP Global ont réalisé une progression de 37 cents, à 33,40 $.
7 commentaires
  • Damien Tremblay - Inscrit 5 février 2014 08 h 43

    Voilà! On change de nom et on est blanc comme neige

    Allez! tous vos péchés vous sont pardonnés! Et surtout ne péchez plus dans les mêmes ornières, car il vous faudra encore une fois changer de nom.

    On aimerait (on rêve!) que les policiers soient aussi indulgents envers le petit peuple quand il lui colle une contravention pour une accusation d'infraction au code de la route. Dans ce genre d'accusation, vous êtes présumé coupable...

  • Marcel Bernier - Inscrit 5 février 2014 10 h 15

    Non, mais vraiment, c'est une farce!

    Ou un mauvais songe. Ne me dites pas que vous comptez faire accepter ce stratagème à une population qui s'est faite arnaquée à l'os par ces firmes irresponsables et quasi-mafieuses.

  • Réal Nadeau - Inscrit 5 février 2014 12 h 44

    J'en suis heureux !

    C'était le rôle de l'AMF d'éclaircir les choses et de réhabiliter SNC Lavallin !

    On ne peut se passer d'un tel géant dans notre économie !

    Qu'on fasse le ménage, qu'on punisse les coupables, mais qu'on garde nos locomotives sur le train de l'Économie !

    Réal Nadeau, MSH

    • Huguette Durocher - Inscrite 5 février 2014 15 h 23

      SNC Lavallin est mondial, actions inclus. Ce train de l'Économie est fort dispendieux pour les simples contribuables.
      Huguette Durocher

    • Marc Bergeron - Inscrit 5 février 2014 20 h 45

      ILs doivent un dédomagement et payer pour les frais et les fraudes. Même une parti de la Commission Charonneau, pour les prix trop élevés et l'administration comme à AMF. Rien de moins. Avec une grande surveillance.

    • Nicole Lamarre - Inscrit 6 février 2014 09 h 15

      Une vrai farce, oui M. Nadeau on peut se passer de ce type de géant et qu'on cesse de la qualifier de fleuron.

  • Josette Allard - Inscrite 6 février 2014 07 h 25

    De qui veut-on rire?

    Il suffit de changer de nom pour faire oublier les malversations.