La Chine au premier rang du commerce mondial

Le volume du commerce extérieur de la Chine a atteint 4160 milliards en 2013.
Photo: Agence France-Presse (photo) - Archives Le volume du commerce extérieur de la Chine a atteint 4160 milliards en 2013.

La Chine s’est dite vendredi assurée d’être désormais la première puissance commerciale mondiale, en annonçant pour 2013 un volume d’échanges annuel pour la première fois supérieur à 4000 milliards de dollars.

 

Les exportations chinoises ont grimpé en 2013 de 7,9 %, à 2210 milliards de dollars, tandis que les importations croissaient de 7,3 %, à 1950 milliards, selon des chiffres publiés vendredi par les douanes. L’excédent commercial a donc gonflé de 12,8 % en 2013, à 260 milliards — après un bond de presque 50 % l’année précédente.

 

Au total, le volume du commerce extérieur a progressé de 7,6 % en 2013 (à 4160 milliards), en deçà de l’objectif gouvernemental d’une croissance de 8 %. Mais avec ce niveau record, « il est presque confirmé que la Chine a détrôné les États-Unis pour la première fois l’an dernier, au premier rang mondial en termes d’échanges commerciaux de biens » [excluant les services], s’est félicité le porte-parole des douanes, Zheng Yuesheng.

 

Des commentateurs avaient estimé en février que ce basculement avait eu lieu dès 2012. Mais les douanes chinoises ont mis en avant des différences techniques dans le calcul des statistiques des deux pays, et estiment que ce n’est que l’an dernier que la Chine a surpassé son rival — même si les chiffres américains pour 2013 ne sont pas encore publiés.

 

Les échanges commerciaux de la deuxième économie mondiale pour décembre ont cependant offert un tableau plus mitigé. L’excédent commercial chinois s’est nettement réduit le mois dernier, baissant de 17,4 % sur un an à 25,64 milliards — très en dessous des prévisions des économistes interrogés par Dow Jones Newswires, qui tablaient sur 32,2 milliards. En cause : les exportations n’ont augmenté en décembre que de 4,3 % sur un an, un net ralentissement par rapport à la hausse de 12,7 % sur un an enregistrée en novembre. Par contraste, les importations ont grimpé de 8,3 % en décembre, à 182,1 milliards, une performance bien meilleure qu’attendu, qui « suggère que la demande intérieure se maintient solidement », a souligné M. Lu.


Regain de vigueur

 

L’économie chinoise a enregistré un net regain de vigueur au troisième trimestre, et les autorités chinoises ont annoncé un ambitieux programme de réformes en vue de rééquilibrer la croissance du pays au détriment des investissements dans les infrastructures et en faveur de la consommation intérieure. Ce qui pourrait, aux côtés d’un environnement international « plus favorable », continuer de soutenir le commerce chinois en 2014, selon les autorités douanières.

 

L’Union européenne (UE) a confirmé l’an dernier sa place de premier partenaire commercial de la Chine, suivie par les États-Unis, les pays de l’ASEAN (Association des nations du Sud-est asiatique), Hong Kong et le Japon. Les échanges vers les marchés traditionnels que représentent l’UE, les États-Unis et le Japon (absorbant à eux trois 33,5 % du commerce extérieur chinois) ont en revanche reculé de 1,7 % l’an dernier — suggérant une progression plus vigoureuse des échanges avec les économies émergentes.

 

Les analystes se montrent cependant bien plus prudents sur les perspectives pour 2014, notamment en raison des fragilités de la conjoncture économique chinoise. « Nous restons convaincus que la croissance économique chinoise a trébuché au quatrième trimestre, et cette dynamique baissière devrait se poursuivre sur les deux premiers trimestres de 2014 », a indiqué Wendy Chen, économiste de Nomura.

 

Sur le plan extérieur, « les marchés émergents, devenus de plus en plus importants pour la Chine, seront pénalisés par le coup de frein » aux États-Unis des mesures de soutien économique de la Banque centrale américaine, a ajouté Lu Ting. Ce dernier souligne également que le yuan « pourrait se renforcer encore davantage contre les grandes devises, accroissant la pression sur les exportateurs chinois ».

 

De fait, le yuan s’est renchéri de plus de 3 % contre le dollar en 2013, atteignant des sommets inédits depuis 1994 et l’arrimage de la devise chinoise au billet vert. Il tutoyait vendredi le niveau inédit de 6 yuans pour un dollar.

À voir en vidéo

5 commentaires
  • André Michaud - Inscrit 11 janvier 2014 10 h 48

    Des réformes payantes

    En oubliant le communisme, et s'ouvrant sur le libre marché ,la Chine a fait sortir de la misère 350 millions de Chinois et est passé de pays pauvre à une puissance économique mondiale.

    Le communime de Mao fut un échec monumental . Le capitalisme de la Chine a vaincu les USA , la`ou le communisme a échoué. Et aujourd'hui les USA doivent des centaines de milliards à la Chine.

    La privatisation de l'économie a entrainée un augmentation importante du syndicalisme. Avant on ne pouvait faire une grève car L'employeur était L'état donc le peuple.. Aujordh'ui les lois ont changées et les travailleurs ont des syndicats plus efficaces, et le nombre de grèves a augmenté de beaucoup, débouchant sur de meilleurs conditions de travail..

    Il reste certe beaucoup de défis à la Chine, pour intéger les villages, combattre la pollution etc..mais déjà en 30 ans le vrai grand bond en avant a été spectaculaire!
    On avait jamais rien vu de tel dans l'histoire humaine. Et ça touche une population qui est comme l'Amérique du Nord et et l'Europe réunis !! Bravo aux chinois.

    Un ami musicien a épousé une chinoise et a véçu en Chine, il a découvert un pays moderne avec des jeunes comme lui, ouverts sur le monde, où les possibilités de faire de la musique sont plus grandes qu'ici...!!

    • Jocelyne Lapierre - Inscrite 11 janvier 2014 23 h 52

      Monsieur Michaud, votre fascination pour la Chine est hallucinante. Mais ce que je trouve déconcertant est de voir tant d'Occidentaux se réjouir de la montée de la Chine pendant qu'ici notre niveau de vie dégringole à vue d'oeil. Détrompez-vous, nous ne bénéfierons pas de la montée de la Chine, tout le contraire.

    • André Michaud - Inscrit 12 janvier 2014 10 h 07

      @ Mme lapierre

      il a été démontré que les produits venant de Chine à bas prix ont empêché que notre pouvoir d'achat dégringole depuis une quizaine d'années ..dans le concret , sans ces produits on serait moins riches.

      Il y a certe eu pertes d'emplois au Canada dans le secteur manufacturier , mais les avantages ont dépassé les désavantages .

  • Jacques Morissette - Inscrit 11 janvier 2014 10 h 50

    Les critères pour être au premier rang seraient peut-être à revoir?

    Quand on regarde les gens dans certains villes portant des masques tellement ces villes sont polluées, on se dit que les critères, pour être à ce premier rang, ne sont pas très rigoureux.

    • André Michaud - Inscrit 11 janvier 2014 12 h 41

      On parle du premier rang Economique!

      Mais surveillez bien la Chine car c'est de là que viendront les solutions environnementales à bon prix...déjà la Chine est le pays qui dépense le plus en recherche environnementale.

      TOUS les pays sont devenus riches par l'industrialisation, donc avec aussi la pollution. Sans l'industrialisation on serait un pays pauvre. C'est un passsge obligatoire pour créer de la richesse. On ne peut exiger des pays pauvres qu'ils ne développent pas leur industrie et demeurent pauvres ...quand-même !