Les Canadiens vont s’endetter davantage en 2014

Selon les prévisions annuelles de TransUnion, le Canadien moyen ajoutera 1100 $ à sa dette à la consommation l’an prochain.
Photo: Annik MH de Carufel - Archives Le Devoir Selon les prévisions annuelles de TransUnion, le Canadien moyen ajoutera 1100 $ à sa dette à la consommation l’an prochain.

Les Canadiens vont accroître leur dette à la consommation à un rythme accéléré pour établir un nouveau record en 2014. À l’inverse, le taux de défaut de paiement devrait tomber à son niveau le plus faible depuis la crise de 2008.

 

Selon les prévisions annuelles de TransUnion, le Canadien moyen ajoutera 1100 $ à sa dette à la consommation l’an prochain. Multipliant les records année après année, cette dette (excluant l’hypothèque) dépassera les 28 850 $ à la fin de 2014, en hausse de 4 % sur un an. Cette année, la dette à la consommation moyenne doit afficher une hausse estimée de 0,9 % par rapport à son niveau de 2012, selon les données de l’agence de renseignements de crédit.

 

À l’opposé, le taux de défaut de paiement, qui comprend les retards de 90 jours ou plus, poursuivra sa glissade pour atteindre 1,66 % à la fin de 2014, contre 1,76 % cette année. Il reviendra ainsi à son niveau le plus bas depuis le taux de 1,32 % observé à la fin de 2008. Au cours de l’année suivant la crise, le taux de défaillance avait plus que doublé, pour atteindre 2,87 % et se replier graduellement par la suite.

 

L’agence souligne toutefois que « le risque que le taux de défaut de paiement puisse augmenter suite à la hausse des taux d’intérêt commence à susciter des inquiétudes ». Mais TransUnion ne croit pas que la hausse attendue du loyer de l’argent aura une incidence réelle notoire sur le taux de défaut.


65 ans et plus

 

Pour 2013, les données réelles compilées par l’agence Equifax Canada indiquaient également que les ménages canadiens étaient toujours plus endettés à la fin de septembre, une réalité frappant davantage dans le segment des 65 ans et plus. Stimulé par des achats automobiles accrus, le solde total de la dette à la consommation des Canadiens (hormis les hypothèques) était en hausse de 3,7 % sur 12 mois au troisième trimestre, pour franchir le cap des 500 milliards de dollars. Au cumul, y compris les hypothèques, les demandes de crédit étaient de 5 % plus élevées qu’au même trimestre de 2012, à 1300 milliards de dollars, a ajouté l’agence.

 

Les dettes ont continué de s’accumuler plus rapidement dans le segment des 65 ans et plus. La progression sur 12 mois au troisième trimestre était de 6,5 %, soit le même rythme d’augmentation qu’au deuxième trimestre. Depuis la crise de 2008, l’endettement dans ce groupe d’âge augmente au rythme annuel moyen frôlant les 9 %.

 

C’est dans ce segment que la dette moyenne affiche la plus forte croissance, et ce, année après année. Equifax avait déjà résumé que « les années dorées que les retraités anticipaient ne se sont pas concrétisées […] Avec des revenus réduits, souvent associés à des dépenses accrues, ces personnes accumulent plus de dettes pour hausser leurs revenus par le truchement du crédit afin de pouvoir continuer de jouir du style de vie préretraite qu’elles ne pourront peut-être plus se permettre ». Cette tendance peut aussi traduire une accumulation de dettes par les 65 ans et plus « afin d’aider leurs propres enfants adultes ou leurs propres parents qui ont des problèmes financiers ».

À voir en vidéo