La progression du PIB québécois va plus que doubler en 2014

Les provinces pétrolières vont afficher la plus forte croissance économique l’an prochain, mais le Québec ne sera pas laissé loin derrière. La progression du PIB québécois devrait plus que doubler en 2014 pour s’approcher de la moyenne canadienne.

 

Dans son dernier survol provincial, le Conference Board du Canada revient sur cette réalité selon laquelle, « depuis quelques années, nous sommes en présence d’une économie canadienne à deux vitesses où la Saskatchewan, l’Alberta et Terre-Neuve-et-Labrador, provinces riches en ressources naturelles, font mieux que le reste du pays. Cependant, la plupart des provinces, Alberta en tête, peuvent s’attendre à une croissance économique un peu plus vigoureuse en 2014 ». Le Québec participera à l’élan, malgré un secteur extérieur demeurant sous pression, coiffant l’Ontario selon le PIB tant réel que nominal.

 

Dans sa Note de conjoncture provinciale, l’organisme de réflexion voit une amélioration des perspectives économiques pour le centre du Canada et certaines provinces de l’Atlantique. « Une plus forte croissance aux États-Unis fera augmenter le volume des exportations et aidera le secteur manufacturier dans de nombreuses régions. » L’Ontario devrait cependant profiter davantage de cette embellie au sud de la frontière. « Une reprise partielle des exportations et une forte croissance dans les services commerciaux et financiers aideront à stimuler l’économie de l’Ontario. La performance économique de la province devrait correspondre davantage à celle pour le Canada dans son ensemble en 2014, avec une croissance du PIB réel s’établissant à 2,2 %. »

 

Le Québec va suivre, avec une progression du PIB réel de 2,1 % prévu l’an prochain, contre 0,9 % cette année. À titre de comparaison, les chiffres pour le Canada font ressortir une progression de 2,5 % l’an prochain contre 1,7 % en 2013. Ainsi cinq provinces, essentiellement dans l’Ouest canadien, vont faire mieux que le Québec, ce qui comprend la croissance de 2,2 % accolée aux perspectives ontariennes.

 

PIB nominal

 

Pour sa part, l’augmentation du PIB nominal, qui sert de référence dans l’évaluation de l’état de santé des finances publiques, devrait passer de 2,3 % cette année à 3,8 % au Québec en 2014 pour rejoindre la moyenne canadienne. Ici, seules trois provinces vont faire mieux alors que la progression du PIB nominal de l’Ontario devrait être similaire à celle du Québec.

 

Le Québec a souffert en 2012 de la faiblesse de la demande des ménages. Cette anémie s’est poursuivie en 2013, à laquelle s’est ajoutée la frilosité des entreprises restreignant leurs investissements. En 2014, les consommateurs et les entreprises vont donner plus d’élan à l’économie, croit le Conference Board.

 

L’environnement d’ensemble prévoit une conjoncture améliorée aux États-Unis et une zone euro sortie de la récession. Le Conference Board salue également les récentes initiatives lancées par le gouvernement Marois visant à stimuler les investissements privés.

 

Reste une contribution du secteur extérieur demeurant encore limitée l’an prochain, malgré un regain de vie des exportations. La hausse attendue des importations devant être supérieure à celle des exportations, le Québec affichera l’an prochain une balance commerciale atrophiée.

À voir en vidéo