États-Unis - Le taux de chômage tombe au plus bas depuis cinq ans

La situation de l’emploi aux États-Unis s’est nettement améliorée en novembre, le taux de chômage reculant à son plus bas niveau depuis cinq ans, ce qui rapproche la perspective d’une réduction de l’aide de la Fed à l’économie.

 

Le taux de chômage a reculé davantage que prévu par rapport à octobre, s’affichant à 7 % pour la première fois depuis novembre 2008, selon les chiffres publiés vendredi par le département du Travail. L’économie américaine a aussi créé 203 000 emplois de plus qu’elle n’en a détruit. Un large éventail de secteurs d’activité a embauché en novembre, notamment les transports, la logistique et, fait plus nouveau, l’industrie manufacturière.

 

« Il n’y a quasiment rien à redire dans ce rapport sur l’emploi », notait l’économiste indépendant Joel Naroff concédant que le « shutdown » administratif avait eu un impact dans le recul du nombre de chômeurs, mais reconnaissant « que l’amélioration du marché de l’emploi est bien réelle ».

 

Le salaire horaire a même légèrement augmenté par rapport à octobre (+4 ¢US) ainsi que la durée moyenne hebdomadaire travaillée.

 

« Cela donne à la Fed tout ce dont elle a besoin pour commencer à réduire ses achats d’actifs dès la prochaine réunion du Comité de politique monétaire (FOMC) ce mois-ci », assurait Paul Ashworth, de Capital Economics. Il fait toutefois partie d’une minorité qui croit que la décision pourrait être prise dès décembre plutôt qu’après.

 

« Ces données sont certainement assez conséquentes pour que la Fed commence à réduire son programme d’assouplissement monétaire », estimait ainsi Jim O’Sullivan, de High Frequency Economics. Mais cet analyste croyait « plus probable » que la Réserve fédérale attende janvier, voire mars, pour réduire ses achats mensuels de 85 milliards de dollars en bons du Trésor et titres adossés à des créances hypothécaires, depuis maintenant 14 mois. « Ces chiffres accroissent la possibilité que la Fed diminue ses achats d’actifs en décembre, mais nous pensons que le FOMC continue de penser que le taux de chômage surévalue l’amélioration du marché du travail, et qu’il va encore rester patient », assurait Michael Gapen, analyste chez Barclays Research.

 

Un des responsables de la Fed, Charles Plosser, membre non votant du FOMC, a estimé sur la chaîne économique CNBC qu’il était « probablement temps de se retirer avec grâce ».

À voir en vidéo