Ottawa projette un excédent budgétaire de 3,7 milliards pour 2015-16

Ottawa — Le gouvernement Harper mettra fin à une séquence de sept années de déficits budgétaires en 2015, avec un excédent de 3,7 milliards, juste à temps pour les prochaines élections générales — une campagne à laquelle le ministre des Finances, Jim Flaherty, entend maintenant participer.

La nouvelle prévision, supérieure de près de 3 milliards à celle contenue dans le budget de mars, fait partie de la mise à jour économique présentée mardi, au cours de laquelle M. Flaherty a déclaré qu'il tenterait d'être réélu dans deux ans.

Le ministre Flaherty avait longtemps indiqué qu'il resterait en politique jusqu'à ce que le budget soit équilibré, mais lorsque des journalistes lui ont demandé s'il allait se présenter comme candidat en 2015 — lorsque son but sera atteint, selon ses prévisions — il a livré une réponse sans équivoque: «Oui».

Outre les nouvelles prévisions quant à la politique budgétaire du gouvernement, la mise à jour de M. Flaherty — un genre de bulletin semestriel pour l'économie est les finances d'Ottawa — contenait quelques surprises, notamment des plans pour de futures ventes d'actifs et une évaluation des économies projetées grâce au gel des dépenses ministérielles récemment annoncé.

«Nous sommes sur la bonne voie pour rétablir l'équilibre en 2015 sans accroître les taxes ou réduire les investissements que représentent les transferts à l'appui de la santé et des services sociaux, comme nous l'avons promis», a déclaré le ministre dans un communiqué de presse.

Approche prudente

La mise à jour, officiellement dévoilée à Edmonton, choisit une approche prudente au sujet de la réalité économique propre au Canada et de la façon dont elle affectera les finances du gouvernement.

En fait, M. Flaherty a même soustrait de ses calculs un montant de 3 milliards pour se parer à la possibilité que la situation n'évolue pas aussi bien qu'il ne le prévoit, ce qui signifie qu'à moins que la performance des économies mondiale ou canadienne n'empire ces prochaines années, le gouvernement pourrait se retrouver avec un surplus de 6,7 milliards lors de la prochaine année électorale.

Dans la campagne de 2011, le premier ministre Stephen Harper avait indiqué qu'un gouvernement conservateur offrirait aux couples canadiens avec des enfants de moins de 18 ans la possibilité de fractionner leurs revenus pour réduire leurs impôts, mais seulement une fois que le budget serait équilibré.

Selon certains calculs, cette mesure priverait Ottawa d'environ 2,7 milliards en revenus.

M. Harper avait fait plusieurs autres promesses de réductions d'impôts, pour un total d'environ 600 millions de plus en revenus, toutes conditionnelles à l'équilibre budgétaire.

Pour l'exercice en cours, le déficit fédéral devrait reculer à 17,9 milliards — une prévision inférieure d'un milliard à celle contenue dans le dernier budget —, les mesures de réductions de coûts ayant entraîné de meilleures économies que prévu pendant que les plus faibles frais d'intérêt compensaient largement la faiblesse des revenus attribuable à la lente croissance économique.

Le mois dernier, Ottawa a indiqué détenir une avance de 7 milliards dans sa lutte pour l'élimination du déficit. Dans le budget de cette année, le gouvernement devra allonger environ 2,8 milliards en aide à la suite des inondations dévastatrices survenues en juin en Alberta, et a déjà engagé un autre 60 millions pour la catastrophe du déraillement de train à Lac-Mégantic.

Le déficit devrait reculer à 5,5 milliards en 2014-15, affirme le gouvernement, si la reprise économique permet de produire davantage de revenus d'impôts.

Gels budgétaires

Le ministre Flaherty a en outre indiqué que le gouvernement s'attendait à réaliser des économies d'environ 1,65 milliard grâce aux gels des budgets ministériels annoncés dans le discours du Trône, qui auront lieu en 2014-15 et en 2015,16.

Dans les deux prochaines années, un autre 2 milliards de revenus proviendra de la vente de la participation restante du gouvernement dans le constructeur automobile General Motors, ainsi que de la vente du terminal charbonnier Ridley, en Colombie-Britannique, et de celle de la Réserve fédérale de charbon, deux parcelles de terres appartenant à la Couronne en Colombie-Britannique.

À leur cours actuel, la vente des actions de GM pourrait rapporter à elle seule environ 2,6 milliards à Ottawa, mais les documents du gouvernement admettent que ces montants sont conservateurs et pourraient ne pas refléter le plein potentiel de ce gain.

Perspectives

Pour ce qui est des perspectives économiques, le ministre Flaherty a reçu de nouvelles estimations de croissance économique de la part d'économistes du secteur privé il y a deux semaines. Selon ces observations, l'économie devrait avancer de 1,7 % cette année, de 2,4 % l'an prochain et de 2,6 % en 2015.

Ces taux de croissance sont modérés, mais du point de vue d'Ottawa, les chiffres les plus importants à cet égard sont ceux du produit intérieur brut (PIB) nominal, qui est directement relié aux revenus d'impôts. Ces données ont reculé en raison de l'inflation, qui est plus faible que prévu. La croissance nominale pour l'an prochain devrait maintenant être de 4,2 %, soit un demi-point de pourcentage en deçà des prévisions de mars, ce qui devrait ralentir les revenus, selon Ottawa.

Mais dans l'ensemble, le gouvernement juge que ses finances sont en meilleur état qu'il ne l'estimait en mars.

«L'évolution de la situation économique et budgétaire globale depuis le budget de 2013 s'est traduite dans une large mesure par une amélioration des perspectives budgétaires, puisque la faiblesse accrue des revenus budgétaires projetés est en général plus que compensée par la diminution des charges de programmes directes et des frais de la dette publique prévus», conclut la mise à jour.
1 commentaire
  • Simone Lussier - Inscrit 12 novembre 2013 15 h 57

    Comptabilité...

    Excédentaire = Sylvie Therrien + lynchage de 3 sénateurs + escompte sur le Lac Mégantic?Vive la falsification des livres... Il semble tellement facile de nos jours, avec toutes les ristournes disponibles et inconséquentes de faire parler les livres à notre avantage. Je l'ai souvent vu même dans mon travail, la gestion de projet bidon pour faire scintiller les chiffres lorsque vient le temps de présenter à la haute direction. Je suis très cynique face à de tels mythes. Et que dire de ce timing. Honteux. Et il y a beaucoup de canadiens qui prennent ça pour du cash... Ambitions de pourvoir pourries - leur réseaux ont des attentes. Avec tout ce qui se communique aux nouvelles de nos jours, on est entourés de voleurs et de psychopathes corporatifs... Ils sont vraiment partout. Bof...