Québec relance un programme de rénovation

Le gouvernement du Québec remboursera 20 % de la facture d’un projet de « rénovation verte » d’une résidence principale ou secondaire. Ce nouvel incitatif fiscal est un moyen à la fois « efficace » et « rapide » pour stimuler les investissements privés ainsi que la création d’emplois, a plaidé lundi la première ministre, Pauline Marois.

 

« [Le crédit d’impôt ÉcoRénov] permettra à 23 000 familles d’économiser jusqu’à 10 000 $ pour des projets de rénovation domiciliaires », a souligné Mme Marois, à l’occasion de la présentation de la nouvelle politique économique du Québec.

 

En plus de stimuler les investissements privés, l’incitatif fiscal favorisera aussi une meilleure protection de l’environnement, notamment en permettant la concrétisation de projets de rénovation qui se traduiront par une réduction des émissions de gaz à effet de serre d’un ménage.

 

Les particuliers devront confier la réalisation de travaux d’au moins 2500 $ dans leur résidence principale ou secondaire à un entrepreneur qualifié au plus tard le 31 octobre 2014 afin de bénéficier du crédit d’impôt ÉcoRénov. Ils pourront réclamer le remboursement de 20 % des dépenses admissibles, jusqu’à concurrence de 10 000 $.

 

« Les dépenses admissibles seront celles qui permettront d’améliorer le bilan environnemental ou énergétique des résidences », a précisé Mme Marois. Parmi les projets admissibles, se trouvent l’isolation d’un toit ou des murs extérieurs, l’installation de portes et de fenêtres, le remplacement d’un appareil d’un système de chauffage au propane ou au gaz naturel par un appareil utilisant le même combustible, mais plus efficace, l’installation d’une thermopompe à air, le remplacement d’un climatiseur central par un modèle plus efficace, la réfection d’une fosse septique et d’un champ d’épuration, ou encore, l’aménagement d’un toit vert.

 

Un propriétaire touchera 10 000 $ du gouvernement du Québec s’il assume lui-même un montant de dépenses admissibles de 52 500 $.

 

Le coût du crédit d’impôt pour la rénovation s’élèvera à près de 100 millions de dollars dans le cas où 23 000 ménages s’en prévalent, selon le ministère des Finances et de l’Économie. En revanche, il entraînera des dépenses de « rénovation verte » totales de plus de 540 millions de dollars aux quatre coins du Québec.

 

Les propriétaires de résidences dont le système de chauffage ou le chauffe-eau fonctionnent aux combustibles fossiles pourront également se tourner vers le programme Rénoclimat. Celui-ci prévoit désormais de l’aide financière aux Québécois désirant remplacer le système de chauffage central de son domicile ou se débarrasser de leur chauffe-eau utilisant les énergies fossiles, a expliqué Mme Marois lundi.

 

Les propriétaires d’appareils fonctionnant au gaz naturel ne sont pas admissibles à ce coup de pouce du gouvernement.

1 commentaire
  • Yanick Bompas - Inscrit 8 octobre 2013 11 h 17

    Petit Correctif

    Permettez-moi d'éclaircir votre article. Les propriétaires possédants des appareils de chauffe eau ou de chauffage fonctionnant au gaz naturel peuvent les remplacer et se voir attribuer un crédit d'impôt dans le cadre d'ÉcoRénov " voir : section B1 et B3 du communiqué " .

    De plus, dommage que vous vous contentiez de relayer l'information. Un vrai travail journalistique a pour but d'informer la population et inclut de fait, des informations techniques telles que le lien vers la publication du gouvernement; ceci afin d'avoir une idée plus précise des avantages offerts. Donc voici le lien en question : http://www.finances.gouv.qc.ca/documents/bulletins

    Cordialement.